Avertir le modérateur

« Le PSG, champion de France par forfait? | Page d'accueil | L'équipe-type de la présidentielle »

13/03/2012

La Ligue 1 est-elle menacée par le méchant Barça?

Ligue 1, L1, buts, football, foot, Pablo Correa, Barça, Barcelone, Guardiola, offensive

"Aujourd'hui, le 1-0, c'est rare dans le foot. C'est propre à la société d'aujourd'hui: je lâche tout, des fois ça passe et on égalise, et des fois on en prend deux ou trois, parce que c'est pas grave! […] Ça me fait penser à la NBA: c'est la meilleure attaque qui gagne. On ne défend pas et on voit celui qui a le plus d'adresse. Le Barça le fait avec les meilleurs joueurs du monde. […] Mais le Barça va faire du mal aux générations à venir, car toutes les équipes ne peuvent pas jouer comme ça."

 (Pablo Correa, dans une interview à L’Equipe)

La saison prochaine, Pablo Correa ne prendra pas son abonnement à la nouvelle chaîne d’Al-Jazira. Pour voir des Sochaux-Nancy et des Brest-Valenciennes finir sur un score de tennis ou Toulouse jouer avec cinq attaquants, non merci. Oui, Pablo Correa a mal à sa Ligue 1. Celle des années 2000, des Laszlo Bölöni, Gernot Rohr, Vahid Halilhodzic ou Claude Puel. Celle qui n’a pas honte de ses 0-0 et qui dit merde au Barça.


Il faut dire qu’à l’époque où l’Uruguayen débarque à Nancy, en 2002, elle n’a pas grand-chose à lui envier: les Blaugrana de Louis Van Gaal alignent alors Christanval, Cocu et Overmars et se la ramènent forcément beaucoup moins. En France, le 6-3-1 prôné par Correa, modulable en 5-3-2 les soirs de remontées épiques, passe pour une trouvaille tactique de premier ordre. Le choix de Moncef Zerka, latéral de formation, pour occuper la pointe de ce sapin de Noël sans étoile? Certains hurlent même au génie. La preuve: la Ligue 1 n’hésite pas à remettre à Correa le titre de meilleur entraîneur de l’année à deux reprises.

Depuis, tout fout le camp. Et tout ça à cause de ce salaud de Guardiola. A en croire le nouvel entraîneur d’Evian, les championnats européens, et notamment la Ligue 1, seraient devenus intolérants avec les bétonneurs, sous l’influence du tiqui-taca blaugrana. L’attaque à tout-va y serait même devenue un dogme, auquel de nombreuses équipes auraient succombé. Quel scandale.

En disciple zélé de l’œuvre mourinhienne, ZM aurait bien envie de rejoindre la croisade de l’ami Pablo contre le bien et de lui dire "oui". Oui, mais non. Car la mauvaise foi, si elle est jouissive sur le moment, n’exonère pas de l’analyse. Pour vérifier les dires de l’Uruguayen à l’échelle française, on a donc fouillé dans les archives de la LFP.

La mort du 1-0?

A L’Equipe, l’Uruguayen explique tout d’abord que le 1-0 est devenu "rare" sur les pelouses. Vrai, faux? Voici ce qu’en disent les stats de la Ligue sur le pourcentage de matchs à un seul but saison par saison depuis 1995.

nombre de 1-0 vrai.jpg

*chiffre de la saison 2011-2012 arrêtés avant la 27e journée.

Depuis deux ans, le nombre de 1-0 est donc en baisse, conformément à ce que dit Correa. Pour retrouver un pourcentage plus faible que celui de la saison dernière (15,7%), il faut même remonter à la saison 1982-83 (14%). Pour autant, les chiffres corroborent-ils la thèse d’une influence du Barça sur le football français? En partie seulement, puisqu’en 2007-2008, la proportion de 1-0 se trouvait déjà sous la barre des 17% (16,6%). Or, à l’époque, Guardiola était encore entraîneur de la réserve du Barça, l’équipe de Rijkaard était en plein déclin et l’idée de voir l’Espagne gagner un titre faisait autant rire qu’une relance d'Abdoulaye Meïté. L’année d’après, le pourcentage de 1-0 remontait étrangement à 21,3%, puis à 22,4% la saison d’après… en pleine hype barcelonaise.

Une moyenne de buts en hausse?

Poussons maintenant l’analyse statistique au nombre de buts moyen par match.

 nb de buts.jpg

*chiffre de la saison 2011-2012 arrêtés avant la 27e journée.

Là encore, même constat: la courbe d’évolution de la moyenne de buts par match montre un réel changement sur les dernières saisons. Entre 2009 et 2012, la Ligue 1 a ainsi gagné 0,23 but par rencontre. Un chiffre à mettre en perspective avec ceux des championnats allemand, espagnol et italien, en baisse sur la même période, et ceux de la Premier League, qui connaissent une augmentation plus forte encore qu’en France.

Cependant, comme pour les 1-0, une nuance s’impose. Au tournant des années 2000, les rencontres du championnat de France s’achevaient en moyenne avec plus de 2,5 buts au tableau d’affichage. Ce qui n’a pas empêché la D1, devenue L1 en 2002, de connaître par la suite une longue traversée du désert de presque dix ans. Surtout, cette parenthèse dorée des saisons 1999-2000 et 2000-2001 pour les attaquants relativise fortement l’idée de l’influence concrète d’une seule équipe, aussi dominante et marquante soit-elle, sur la culture tactique et le caractère offensif de tout un championnat. Car si l’effet était aussi mécanique que le dit Correa, il aurait été logique de voir le nombre de buts par match stagner, voire baisser, sous l’influence des Bleus de 98 et de leur jeu plutôt défensif. C’est le contraire qui s’est passé. Difficile d’en dire plus, si l’on s’en tient strictement aux chiffres. Précisons simplement, pour ce qui est de la moyenne de buts de la saison en cours, que le nombre de pénaltys est en forte hausse (65). Déjà neuf de plus que sur toute la saison 2010-2011, 16 qu’en 2008-2009, quatre qu’en 2007-2008… Ramenez le nombre de penalties à 45, un total plus en rapport avec les habitudes françaises à ce stade de la saison, et la moyenne de buts par match retombe… à 2,42.

Avalanche de buts en L1?

Pablo Correa évoque enfin les scores fleuves, en augmentation selon lui, en prenant  pour référence le score de 4-2. Prenons-le au pied de la lettre et calculons le nombre de matchs à six buts au moins (le chiffre entre parenthèses correspond lui au nombre de matchs à plus de six buts).

 _nombre.jpg

*chiffre de la saison 2011-2012 arrêtés avant la 27e journée.

Encore une fois, on ne peut que constater un réel frémissement de la courbe d’évolution. Alors qu’il reste encore un quart des rencontres à jouer cette saison, dix matchs ont déjà atteint le seuil des six buts, et cinq l’ont même dépassé. Un total équivalent à ceux des saisons 2007-2008 et 2009-2010 dans leur intégralité. Si l’on applique la stricte règle de la proportionnalité, on peut ainsi imaginer un total de douze ou treize matchs à six buts minimum à la fin de cette saison. Pas mal, mais pas incroyable non plus, si l’on se réfère aux chiffres du début des années 2000. Ridicule même, si on ose la comparaison avec les années 60-70-80 et leurs dizaines de matchs à huit, neuf, dix buts ou plus. Un autre temps. En 1965-66, 51 rencontres se finirent avec six buts ou plus. Un cauchemar pour tous les Correa de la planète.

La théorie de l’avalanche de buts dont parle Correa semble en tout cas ne pas tenir. La saison dernière, le nombre de scores fleuves était même le deuxième plus faible depuis 1995. Le deuxième après celui de la saison 2008-2009, année du triomphe planétaire du Barça.

 

Voilà pour l’analyse statistique. Restent nos impressions. Celle que la Ligue 1 nous réserve encore un bon lot de matchs soporifiques, et que les équipes qui jouent l’offensive par choix tactique plus que par abondance de joueurs de talent aux avant-postes se comptent sur les doigts d’une main. En Ligue 1, une majorité d’équipes jouent encore pour ne pas perdre. Et pas toujours celles qu’on croit. Les spectateurs du dernier Auxerre-Saint-Etienne nous comprendront.

A l’évidence, des choses ont tout de même changé dans les esprits français. Le Barça et la sélection espagnole, en apportant la preuve que l’on pouvait gagner (beaucoup) en jouant (très) bien, ont clairement impacté notre manière d’appréhender le jeu et de juger notre football made in France, d’autant plus qu’au même moment, nos Bleus se cassaient méchamment la gueule, de l’Autriche à l’Afrique du Sud en passant par l’Irlande. Désormais, Pablo Correa peut clairement s’asseoir sur l’idée de poser un troisième trophée d’entraîneur de l’année sur sa cheminée. La mode est à l’éloge du beau jeu. Demandez aux vingt entraîneurs de Ligue 1 si le Barça est un modèle pour eux, il est à parier qu’une large majorité vous répondront par l’affirmative. Essaieront-ils pour autant de jouer à la barcelonaise? Evidemment non.

Enfin, après des années de lamentation au sujet du pauvre spectacle offert par notre championnat de France, il ne s’agirait pas de verser dans l’extrême inverse, sous prétexte que les indicateurs positifs se multiplient sur une brève période. Il y a un tout petit peu plus d’un an, Cherif Ghemmour publiait sur son blog un article intitulé "17 petits buts…", dans lequel il se plaignait de la faible moyenne en L1 et appelait à une "révolution" française. Un an plus tard, tout juste peut-on parler d’évolution. Quant à Correa le maudit, aux dernières nouvelles, il vient de retrouver un club. Preuve que dans le royaume de France, les bétonneurs ont encore leur place.

Nicolas Beunaiche et Julien Laloye

04:35 Publié dans Futibol | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : ligue 1, l1, buts, football, foot, pablo correa, barça, barcelone, guardiola, offensive Partager cet article avec:

Partager cet article sur Facebook  Ajouter dans Technorati  Ajouter dans Delicious  Partagez sur MySpace  Voter pour cet article dans Wikio  Partager sur StumbleUpon  Partager avec Digg  Partager sur Fuzz   partager sur Diigo    Partager via Tiny URL

A la une:

 //Pourquoi on préférait Trezeguet   //L'année 2014 de la lose en sept défaites magnifiques   //Quiz vidéo: Connaissez-vous votre Ronaldinho sur le bout des doigts?   //Quiz: Ibrahimovic, Eto'o ou un dictateur?   //Lettres de supporters de L1 à Carlos Slim   //Lucas, Pauleta, Ronaldinho... Elisez le plus beau presque-but du foot français   //Ballon d’Or 2013: Le jour où le ciel tomba sur Franck Ribéry   //L'année de la lose en sept défaites   //Aidons Jean-Michel Aulas à faire craquer Bafé Gomis   //Petit manuel de #reconversionvraie à l'intention de David Beckham 

Commentaires

Bonjour, je suis fan de foot et supporter nancéien.
Je ne peux que m'insurger contre le dénigrement systématique de Pablo Correa et à fortiori d'équipes comme Nancy.

Je tenais à vous rappeler que le foot est un sport permettant de gagner selon de multiples tactiques et méthodes! Ce qui en fait le sport le plus imprévisible, ce n'est pas pour rien que c'est le plus populaire...
Alors on peut attaquer en permanence la méthode Correa mais il a une volonté de résultat avec les moyens dont ils disposent. S'il a été élu meilleur entraineur de L1 deux fois de suite c'est justement pour ca, il réussissait là où tout le monde lui prédisait la défaite, alors oui c'était peut etre moche à regarder d'un œil extérieur mais c'était efficace! Nancy grâce à Correa a retrouvé sa place en L1 et n'a pas été relégué, c'est pour ca que les dirigeants d'Evian lui ont fait confiance.

Le football n'est pas une pensée unique avec un mode de jeu unique, heureusement qu'il y a la place pour tout, même si tout le monde est unanime pour dire que le jeu du Barca est le meilleur et le plus agréable du monde...

Pour en revenir à notre L1 et ses stats, je ne suis pas d'accord avec Correa, je trouve que les nombres de 1-0 et autres matchs soporifiques sont toujours bien là. Car pour regarder personnellement d'autres matchs que ceux de mon équipe favorite je peux vous assurer que les équipes ayant la volonté permanente d'aller de l'avant sont trés rares, d'autant plus que cette volonté n'est pas constante selon les matchs! N'en déplaise à mes amis lorientais et autres lillois qui ont une réputation de "beau jeu" dans les médias mais qui se vérifient pas forcément sur le terrain... à méditer.

Écrit par : Supporter Nancéien | 13/03/2012

" n’a pas grand-chose à lui envier: les Blaugrana de Louis Van Gaal alignent alors Christanval, Cocu et Overmars "
Ok pour Christanval, admettons pour Cocu, mais voyons Overmars , c'est une blague ?

Écrit par : Tieum78 | 13/03/2012

Concernant Pablo Correa, il est jugé sur ses actes et ses paroles. En l’occurrence, c'est un ultra-défensif, d'un autre age, de ceux qu'on portait aux nues il y a plus de 10 ans. Mais le football a changé, et certains entraineurs ne l'ont pas compris. Tant pis.
Quand a Marc Overmars, il était rapide, technique et marquait pas mal de but ! Pas vraiment le football défensif. Une erreur ?

Écrit par : Singman | 13/03/2012

allez les verts,gagner le match face a lyon!!! se sera une joie sans précédent!!

Écrit par : un eclairage# | 13/03/2012

Oui Overmars au Barça, c'était une blague.

Merci pour l'analyse.

Écrit par : Mathieu | 13/03/2012

Vends une bicylette bleu avec des jolis flo-flots sur les extremités du guidon.

Quoi ? pourquoi je n'aurais pas le droit moi aussi d'être totalement hors sujet ?? Tout ça pour dire qu'il y a un point commun entre l'ultra défensif et le supporter Stéphanois : ils sont totalement d'un aurte âge.).

Écrit par : Brison | 13/03/2012

Ok si ce Monsieur est un tel connaisseur de foot, parlons du Barça de 2002 "qui la ramenait moins" : Overmars, Cocu, Reiziger, de Boer, Kluivert, s'il veut les meilleurs hollandais de l'époque, il les a. Précisons que Valdès, Xavi, Iniesta et Puyol étaient déjà là... immatures, mais là quand même. On ne parle pas non plus de Riquelme, ni de Saviola... pas la peine. Ou encore moins du fantasque Mendieta.

Je veux bien, que cette année fût une année desastreuse, mais qu'il étale sa jalousie vis-à-vis de Guardiola me fait bien rire. Il sera en tout cas, et ce pour l'éternité, le seul entraîneur au monde qui compare l'ETG ou Nancy aux performances du Barça. C'est 2 poids, 2 mesures, Monsieur Correa et tout bon entraîneur se doit de montrer l'exemple en étant Fair-Play. Cela afin de montrer le positif de son équipe en mettant en avant ses qualités, pas en mettant en avant les défauts des adversaire.

Mais le manque de confiance reviendra chez ce bon entraîneur, il ne fait aucun doute.

Écrit par : Carl | 20/03/2012

C'est l'argent qui mène la danse maintenant

Écrit par : Scitec Nutrition | 22/03/2012

Oui Overmars au Barça, c'était une blague.

Écrit par : Directorio | 21/05/2012

On le voit maintenant, tu as de l'argent dans le sport tu gagnes, tu achètes les arbitres, les médecins qui contrôlent le dopage... Il n'y a plus d'intérêts et de respects.

Écrit par : Chaussures foot | 13/07/2012

merci de l' avoir poster!

Écrit par : www.assurancequad.org/.org/ | 17/07/2012

Contenu du budget miserable du psg,vous vous attendiez a quoi?On a beau dire ceci,cela mais avec tout les petro dollars que dispose le desormais le psg,on a prouvé qu'il était encore possible de faire un recrutement ridicule,parce que je préfère avoir bourillon,que Lugano dans ma defense.Au moins on aurais un titre.

Écrit par : idrpoker.com agen texas poker online indonesia terpercaya | 11/03/2014

allez les verts,gagner le match face a lyon!!! se sera une joie sans précédent!!

Écrit par : cara belajar bahasa inggris dengan cepat | 25/04/2014

Concernant Pablo Correa, il est jugé sur ses actes et ses paroles. En l’occurrence, c'est un ultra-défensif, d'un autre age, de ceux qu'on portait aux nues il y a plus de 10 ans. Mais le football a changé, et certains entraineurs ne l'ont pas compris. Tant pis.
Quand a Marc Overmars ">

Écrit par : pengen cepat hamil | 25/04/2014

C'est l'argent qui mène la danse maintenant

Écrit par : kata kata minta maaf | 25/04/2014

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu