Avertir le modérateur

« On a vu pour vous la saison de tennis 2012 (1/2) | Page d'accueil | Le PSG, champion de France par forfait? »

13/01/2012

On a vu pour vous la saison de tennis 2012 (2/2)

 nadal djoko.jpg

Après l'Open d'Australie, Roland-Garros et Wimbledon, Zone mixte s'attaque à la fin de saison. Djokovic va-t-il vomir ses derniers poumons? Un Français va-t-il finir l'année sans blessure? Réponses dans notre deuxième partie de la saison 2012 de tennis, qui va des Jeux de Londres à la finale de la Coupe Davis.


La première partie est à retrouver ici.

Juillet

Ah l’été britannique, son temps de chien, ses verts pâturages et ses plaisirs vintage… comme se rappeler que Leyton Hewitt n’est pas mort ou assister à la douzième tentative de comeback –infructeuse- de Tommy Haas. Pour permettre au gazon de Wimbledon de supporter Grand Chelem et JO en un mois, les organisateurs font dans le synthétique importé directement de Marcel-Picot. Sur des courts dix fois plus rapides qu’à l’accoutumée, les favoris tombent comme des mouches. Nadal ne parvient pas à breaker Gilles Muller une seule fois, Mahut dégomme Djokovic 14-12 au 5e set, et Karlovic affiche 83 aces au compteur à la fin de son match épique face à Federer. La blessure au dos de Tsonga sur un plongeon aussi beau qu’inutile en quarts de finale offre à Murray l’occasion inespérée de remporter son premier GC. En face se présente Andy Roddick, un autre loser devant l’éternel. Cette fois c’est la bonne, se dit le tout le peuple anglais. Les «come on Andy» résonnent de partout sur le Centre Court. Sauf que ce rabat-joie de Roddick les prend pour lui et sort le match de sa vie. Dépité, Ivan Lendl annonce qu’il préfère renonce à entraîner Murray: "C’est mission impossible avec lui." Leconte propose ses services au cas où. Le lendemain, David Cameron annonce qu’il lâche définitivement l’Ecosse –"ce pays de bons à rien". Accablé, le n°4 mondial se retire du circuit jusqu’à nouvel ordre.

1731785_murray_640x280.jpg

Août

Fin juillet-début août, c’est la quille pour les favoris, qui préparent les JO au chaud. Les honnêtes gens, eux, tentent de gagner leur croûte comme ils peuvent, à l’image de Monaco et Bellucci qui regagnent le top 50 grâce à de belles performances à Bastad et Gstaad. Mardy Fish sort la tête de l’eau pour l’emporter à Washington et Toronto. L’Américain est aux portes du Top 10 avant l’US Open, sans qu’on arrive à comprendre l’arnaque. A Londres, les meilleurs remettent ça sur gazon. Gasquet, enfin remis de son inflammation au coude, prend deux sets et un break d’avance face à Del Potro en quarts avant de se souvenir qu’une médaille l’attend au bout de l’exploit. Sagement, il préfère laisser l’Argentin remonter, non sans avoir gâché trois balles de match sur son service. La routine. En finale, Federer ne fait qu’une bouchée de Del Potro et accomplit son rêve olympique. Mais il était écrit qu’Arnaud Di Pasquale ne pouvait décemment pas rester le seul médaillé de l’histoire du tennis tricolore. L’anomalie est réparée grâce au succès de la paire Tsonga/Llodra en double face aux frères Bryan.

Septembre

Enfin, l’US Open arrive. La moitié du top 10 est cramée, y compris Djokovic, qui avec seulement deux poumons en état de marche, est redevenu humain. Quatorze joueurs abandonnent lors des deux premiers tours, dont Gilles Simon, handicapé par un torticolis. David Ferrer, lui, pète la forme, mais son mental s’effrite comme un crumble sorti du four en demie face à Federer. Pour Nadal, c’est le contraire. Malgré un délabrement physique visible à l’œil nu (tendinite à l’épaule, bandages aux deux genous, élongation à la cuisse, ampoules aux deux mains), Rafa pose ses tripes sur le terrain pour enfin triompher de Djokovic deux ans après. Peut-être trop confiant, le Serbe, qui avait enduit sa serviette de gluten avant le match pour équilibrer le combat, explose au cinquième set. Le lendemain, Nadal ressemble à un zombie sur le court face à Roger. 6-4 6-2 en faveur du Suisse, la messe est dite… ou pas. Il fallait bien ça à Rafa pour chauffer les muscles et oublier ses petits bobos. Son lift de coup droit prend 30 cm de hauteur, le revers de Roger perd autant en longueur et le match change d’âme. On connaît la suite. A peine le trophée rangé dans les valises, l’Espagnol s’envole pour Montpellier, où l’attend la demi-finale de Coupe Davis face aux Bleus. Mais l’épaule ne tient plus. Rafa a beau prendre un set à Monfils en jouant de la main droite, il doit céder sa place à Granollers pour le match décisif –Verdasco est en vacances aux Maldives. Gasquet ne tremble pas. Enfin si, mais l’équipe de France s’impose quand même.

Salut-militaire-de-Youzhny_full_diapos_large.jpg

Octobre

Murray, revenu de dépression, triomphe au Masters 1000 de Shanghaï. Celui qui n’intéresse personne, c’est ça. Berdych sort de son coma estival et fait le doublé Pékin-Tokyo. A Moscou, le tennis russe est en deuil. Marat Safin est emprisonné pour avoir trompé le fisc du gouvernement Poutine, Mikhail Youzhny s’engage dans les Spestnaz pour pouvoir faire son salut militaire tranquillou et Nikolay Davydenko, lâché par son physique, préfère renoncer au tennis pour se mettre au ping-pong, son sport de prédilection. D’un coup beaucoup plus ouvert, le tableau profite à Gilles Simon, qui taille sa route jusqu’à la finale, où Troïcki ne fait pas le poids. Le Niçois en profiter pour balancer sur Forget: 'Je me répète peut-être, mais à Belgrade je l’aurais gagné ce cinquième match décisif." Le retour de bâton ne se fait pas attendre, Simon ne fait pas partie des cinq joueurs convoqués pour la finale. De dépit, il ne participe pas au tournoi de Paris Bercy, où Monfils se réveille enfin. Le Parisien commence par retourner une situation compromise face à Verdasco, qui en insulte le public de rage. En finale, son taux d’échec grimpe à 96% après un revers face à Jean-Marc de la Poutre en deux sets serrés (7-6, 7-6).

David_Nalbandian.jpg

Novembre

Le dernier mois de la saison débute pour ceux qui sont encore debout. Radek Stepanek, redescendu à la 221e place mondiale, squatte la rubrique people: le Casanova du circuit a réussi à conquérir le cœur d’Ana Ivanovic. 'Comment un mec aussi moche peut choper autant?' s’interroge un membre du top 10 sous couvert d’anonymat. ll ne s’agit pas, en tout cas, de Roger Federer, papa pour la troisième fois. Cela dit, Mirka a tellement grossi qu’on n’en mettrait pas notre main à couper. Le Suisse a tout de même le temps de remporter son quinzième Master d’affilée. A Mar del Plata, l’équipe de France a la banane. Exténué par une fin de saison en boulet de canon, Del Potro déclare forfait. Tous les espoirs des supporters albicelestes reposent sur les larges épaules de David Nalbandian, pas vu sur le circuit depuis le mois d’avril. Les bruits les plus fous courent sur la forme de l’Argentin: certains affirment qu’il aurait pris douze kilos en incarnant le rôle d’un catcheur sur le déclin dans un nanar local. D’autres qu’il serait plus concerné par sa première participation au Paris-Dakar en janvier. Erreur: sur le terrain, Nalbandian tient la forme de sa vie. Six mois qu’il s’entraînait en douce pour cette échéance. Nalbi gagne le double à lui tout seul le samedi après avoir expédié Monfils en trois sets. Tsonga, diminué par une cuisse douloureuse, cède lors du cinquième match décisif. "A sa place, j’aurais gagné", tweete Gilles Simon depuis sa maison. "Moi, j’aurais perdu aussi", répond Richard Gasquet depuis le banc de touche. La France n’a pas encore séché ses larmes que David Ferrer déclare à Marca qu’il reprend l’entraînement. "J’ai bien eu le temps de recharger les batteries pendant un jour. La saison prochaine se prépare dès maintenant." C’est reparti pour un tour…

Julien Laloye

02:46 Publié dans revers long de ligne | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : tennis, jo, coupe davis, djokovic, nadal, federer Partager cet article avec:

Partager cet article sur Facebook  Ajouter dans Technorati  Ajouter dans Delicious  Partagez sur MySpace  Voter pour cet article dans Wikio  Partager sur StumbleUpon  Partager avec Digg  Partager sur Fuzz   partager sur Diigo    Partager via Tiny URL

A la une:

 //Pourquoi on préférait Trezeguet   //L'année 2014 de la lose en sept défaites magnifiques   //Quiz vidéo: Connaissez-vous votre Ronaldinho sur le bout des doigts?   //Quiz: Ibrahimovic, Eto'o ou un dictateur?   //Lettres de supporters de L1 à Carlos Slim   //Lucas, Pauleta, Ronaldinho... Elisez le plus beau presque-but du foot français   //Ballon d’Or 2013: Le jour où le ciel tomba sur Franck Ribéry   //L'année de la lose en sept défaites   //Aidons Jean-Michel Aulas à faire craquer Bafé Gomis   //Petit manuel de #reconversionvraie à l'intention de David Beckham 

Commentaires

Monsieur Laloye, c'est très bon tout ça. Je vous dédicace mon prochain but, foi de Magpie.

Écrit par : Hatem Ben Arfa | 13/01/2012

C'était plausible jusqu'à Wimbledon ( quoique Nadal battu à Paris, je demande à voir...), mais alors Roddick vainqueur, MDR...

Écrit par : Jadengil | 14/01/2012

Belles photos (les deux dernières)
Simon

Écrit par : Simon | 30/01/2012

Merci pour cette belle image.

Écrit par : femme | 16/03/2012

Le score, le pénalty pour le Barça, l'égalisation à la dernière minute, tout y était, même la cerise !

Bravo à vous et merci pour ce moment de franche rigolade.

Écrit par : idrpoker.com agen texas poker online indonesia terpercaya | 11/03/2014

Monsieur Laloye, c'est très bon tout ça. Je vous dédicace mon prochain but, foi de Magpie.

Écrit par : kata kata minta maaf | 25/04/2014

Le score, le pénalty pour le Barça, l'égalisation à la dernière minute, tout y était, même la cerise !

Bravo à vous et merci pour ce moment de franche rigolade.

Écrit par : pengen cepat hamil | 25/04/2014

Le score, le pénalty pour le Barça, l'égalisation à la dernière minute, tout y était, même la cerise !

Écrit par : cara belajar bahasa inggris dengan cepat | 25/04/2014

ça va faire déjà 2 ans et les places ont bien changées. Ce n'est plus le même classement, mais cela ne l'empeche pas d'etre sexy comme mec ce Djokovic ;-)

Écrit par : Lou Grissolin | 20/05/2014

ça va faire déjà 2 ans et les places ont bien changées. Ce n'est plus le même classement, mais cela ne l'empeche pas d'etre sexy comme mec ce Djokovic ;-)

Écrit par : Cipto Junaedy | 14/06/2014

C'était plausible jusqu'à Wimbledon ( quoique Nadal battu à Paris, je demande à voir...), mais alors Roddick vainqueur, MDR...

Écrit par : bundapoker.com agen texas poker dan domino online indonesia terpercaya | 19/08/2014

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu