Avertir le modérateur

« Rugby: Et Craig Joubert sauva la France | Page d'accueil | Emplois fictifs: Scandale à la Maison blanche »

18/11/2011

Football: L’Internazionale de la lose est de retour

football,inter,milan,moratti,serie a,lose,loser

"Le ventre est encore fécond d’où sortir la bête immonde."

 (Bertolt Brecht)

Camarades du LOL, pro-Inter de tous les pays, réunissez-vous: l’Internazionale de la lose est de retour. Après des années d’austérité et de succès aussi fades les uns que les autres, le club de Massimo Moratti semble enfin, cette saison, revenir aux fondamentaux du grand n’importe-quoi qui a fait sa légende et lui a permis d’entrer dans l’histoire.


Car oui, chers intoxiqués du Barça, l’Inter de Moratti occupe bien une place considérable dans l’histoire du football. Avant elle, on connaissait les ugly winners, ces équipes unanimement détestées pour leur faculté à tout gagner en jouant salement. On connaissait également leur exact opposé, les beautiful losers, apôtres du beau jeu, perdants patentés et égéries du romantisme sportif. Avec l’Inter, tous ces repères ont volé en éclats. De 2000 à 2005, un âge d’or plus connu sous le nom d’ère Alvaro Recoba, les Nerazzurri ont marqué l’Europe de leur empreinte, prouvant au monde que l’on pouvait perdre, mal jouer et se faire honnir des amateurs de football à la fois. Révolutionnaire.

Dix ans après le chef d’œuvre de cette génération dorée, le titre perdu lors du dernier match de Serie A (après avoir compté six points d’avance à quatre journées de la fin du championnat), l’Inter de Lucio, Ranieri et Forlan, bien aidés par leur président, se pose en candidat sérieux à l’héritage. Mais en a-t-il le talent? Pour le savoir, Zone mixte lui a fait passer un test comparatif.

 

Le recrutement foireux

Bien avant Marcel Salerno et sa gueule de parrain de la mafia napolitaine, Massimo Moratti et ses petites lunettes d'ex-prof de gauche donneur de leçons -tout le contraire de la réalité- a compris une chose: ce n'est pas parce que l'on fait n'importe quoi qu'il faut le faire n'importe comment et avec n’importe qui. Dans toute sa carrière, le président intériste a toujours pris soin de s’entourer des éléments les plus à même de mener son équipe vers les bas-fonds. En 2000, il n’hésite pas à confier le sort de son Inter à Julio Velasco, spécialiste… de volley-ball. Du pur génie. Côté joueurs, Moratti varie les plaisirs. Son goût de l’exotisme le conduit à exploiter les filières grecque (Karagounis, Georgatos, Choutos), turque (Hakan Sukur, Emre, Okan) ou sud-américaine (Vampeta, Ze Maria, Luciano), quitte à sacrifier ses Italiens. Pirlo, Cannavaro, Baggio et Panucci joueront à la Pinetina les pires années de leur carrière. Tout comme Jugovic, Seedorf, Batistuta ou Davids, Ballons d’or potentiels transformés en plomb par la machine milanaise. L’Inter du début du siècle surévalue également les joueurs (Farinos en 2000, Kily Gonzalez en 2003 ou Carini en 2004, échangé avec Cannavaro) et les surpaie en conséquence (Recoba devient en 2000-2001 le joueur le mieux payé de la planète). Valence, qui a payé son nouveau stade -enfin jusqu'à la crise- en refilant tous ses bras cassés à l'Inter au prix d'un Rafale chacun en rigole encore. Et on ne vous parle même pas de Jérémie Bréchet…

Et l’Inter d’aujourd’hui alors? Plus sobre. Mais des lignes de force persistent. Cet été, le club a notamment recruté un Néerlandais (Castaignos), un Brésilien (Jonathan) et un Argentin (Alvarez)… et les a foutus sur le banc. Un Triangle des Bermudes où leur carrière, si tout va bien, pourrait disparaître. Comme celle de Quaresma, Suazo ou Muntari, paix à leur âme. Dans le sens des départs, l’Inter a sacrifié son futur Bergomi, Davide Santon –Italien et formé au club, il fallait bien qu’il paie un jour- et s’est séparé de Samuel Eto’o dans les derniers instants du mercato. Pour se conformer au fair-play financier bientôt en vigueur, dixit le président le plus dépensier de l’histoire de la Serie A. Ne souriez pas, cet homme se fout de votre gueule.

Verdict de ZM: Il manque encore une touche de folie à l’Inter d’aujourd’hui pour concurrencer l’incontestable plus grand club de l’histoire sur le marché des transferts. Heureusement, Moratti en a sous le coude. Sa sortie sur Balotelli ("Je le reprendrais demain") prouve qu’il n’a rien perdu de son talent. Et on serait Guti, Sofiane Feghouli ou Milan Baros, on garderait le téléphone allumé au cas où.

La valse des entraîneurs

Une fois le recrutement foiré, il s’agit d’enchaîner. Effectuez un début de saison calme et serein, et c’est le risque d’une année réussie. Laissez travailler votre entraîneur, et ce con est capable de vous ramener des titres en fin de saison. Le premier coach de l’ère Moratti, Ottavio Bianchi, aura tenu un mois lors de la saison 1995-96. Pas mal, mais moins bien que Marcello Lippi, limogé en 2002 après une journée de championnat. Au total, le président intériste aura épuisé, dans les deux sens du terme, pas moins de dix-huit entraîneurs en seize ans (dont quatre années pour le seul Mancini).

Cette saison, Moratti a encore fait très fort. Dans l’ordre: le départ forcé de Leonardo, l’échec des discussions avec Villas-Boas, Bielsa, Lippi (tu m’étonnes) et Ancelotti, puis le recrutement de Gasperini, viré après trois matchs de Serie A, et enfin son remplacement par Ranieri, l’un des plus grands losers des années 90 et 2000. Le mariage parfait, en somme. Quant à Gasperini, il n’a de toute évidence toujours pas compris ni ce qui lui était arrivé ni où il était tombé. Un mois après son licenciement, il en était encore à déplorer l’absence de "projet sportif" à l’Inter. Quel manque de culture…

Verdict de ZM: L’Inter 2011-2012 est partie sur des bases aussi solides que ses glorieuses aînées. Si tout va bien, Ranieri devrait sauter au printemps prochain après avoir ramené l'Inter sur le podium. Roy Hogdson indisponible et Bobby Robson décédé ("ah bon je ne savais pas", s'excusera Moratti), Luis Figo prendra alors les rênes de l’équipe première, qu'il fera jouer en 3-1-1-5, comme à la grande époque du Real. Pour l’humour du risque.

Les défaites humiliantes

Perdre contre Barcelone, Manchester ou le Bayern est à la portée du premier Olympique lyonnais venu. Le génie de l’Inter est autrement plus grand. Août 2000, San Siro. Les Nerazzurri accueillent les Suédois d’Helsingborg pour le match retour du tour préliminaire de la Ligue des champions, après leur défaite 1-0 à l’aller. Pas trop compliqué, sur le papier. Sauf que durant tout le match, les intéristes butent sur une défense accrocheuse et veinarde au possible. Seedorf trouve la barre, Keane (Robbie Keane bordel!) le poteau. Treize corners sont sifflés en faveur des Italiens, contre un seul pour leurs adversaires. L’occasion rêvée arrive finalement à la dernière minute. Main dans la surface suédoise, penalty. Alvaro Recoba –qui d’autre?- s’élance. Frappe cadrée, puissante, bien placée à droite du gardien… qui l’arrête d’une main. L’humiliation. L’Inter est éliminée de la C1, mais gagne une ligne dans les livres d’histoire. Plus de dix ans après, cet épisode reste dans les mémoires comme le plus gros fail des tours préliminaires de coupe d’Europe.

A priori donc, difficile de faire mieux. Et pourtant, en l’espace de six jours, l’Inter a réussi à repousser ses limites. Contre Trabzonspor, tout d’abord, le 14 septembre. Opposés au club turc lors de la première journée de Ligue des champions, à San Siro, les joueurs de Gasperini réalisent l’exploit de perdre sur une occasion débutée par un hors-jeu et achevée sur un but dans une position excentrée, sur une glissade. L’Inter minable comme on l’aime. Le week-end d’après, l’équipe se déplace à Novara, sur la pelouse du promu. Gasp ressort son 3-4-3 des cartons et double notre plaisir: avec ce nouveau système, l’Inter ne se contente pas d’être ridicule en défense, elle est aussi complètement improductive en attaque. Résultat final: 3-1 pour l’Evian local. Moratti savoure, mais finit par virer Gasperini, pour donner le change.

Verdict de ZM: L’Inter nouveau est d’ores et déjà un très grand cru. S’il lui manque encore la dimension tragique de la génération Helsingborg, cette équipe compense à merveille par la répétition du gag. Avis aux amateurs: le match retour contre Trabzonspor aura lieu mardi prochain.

La domination intérieure

L’Inter des années Moratti, en Italie, c’est aussi le petit binoclard qui se fait frapper à la récré par les plus grands, la Juve et le Milan AC. Mancini et Mourinho ont beau avoir inversé la tendance, Moratti reste un "gamin" (l’expression est de Benitez) au cartable trop grand pour lui. De 1995 à 2003, son bourreau est une Vieille dame. En seize matches de Serie A, l’Inter ne remporte qu’un "derby d’Italie", contre neuf pour la Juventus. Puis vient le Milan. Plutôt dominateur face à son colocataire dans les années 90, l’Inter s’écrase complètement entre 2000 et 2005. En quinze rencontres, toutes compétitions confondues, le derby della Madonnina ne tourne qu’une fois à l’avantage des Nerazzurri, pour dix victoires des Rossoneri, qui éliminent l’Inter par deux fois en Ligue des champions. L’humiliation atteint son paroxysme en 2001, avec deux succès des hommes de Berlusconi en Serie A sur le score de 4-2 et surtout 6-0.

Depuis la rentrée, le club du petit Massimo semble redevenu la victime préférée de ses camarades de jeu. Dès le premier jour, l’Inter s’est pris une claque face au Milan en finale de la Supercoupe d’Italie. Un petit 2-1 en guise d’avertissement. Même chose face à la Juventus un mois et demi plus tard, toujours à San Siro. Devant la famille… et des millions de spectateurs forcément ravis de revenir dix ans en arrière.   

Verdict de ZM: Les Lucio, Cambiasso et compagnie ont commencé la saison pied au plancher. Mais pourront-ils tenir la distance? On en aura un indice le 15 janvier, date du premier derby milanais. Détail rassurant: Ranieri a une gueule à aimer se faire mal.

La poisse et les boulettes

C’est le facteur X. On l’a vu: une équipe de losers se doit d’être composée d’un certain nombre d’incompétents à tous les étages, mais à sa nullité intrinsèque doit aussi s’ajouter une bonne dose de poisse, au point que ces deux gros maux se confondent et qu’il devienne difficile de déterminer la part de l’un et de l’autre dans certains événements de la vie du club. C’est ce qu’on pourrait appeler le syndrome Ronaldo. A l’Inter, le Brésilien accumule les pépins et les grosses blessures; entre les Coupes du monde 1998 et 2002, il ne joue même qu’une cinquantaine de matches. La suite: un titre de champion du monde et de meilleur buteur du Mondial asiatique, puis un transfert vers le Real Madrid, où il retrouve tout son talent. De là à penser que l’Inter est maudit ou que son staff médical est médiocre? En 2003, la légende se poursuit avec l’arrivée de Khalilou Fadiga et la découverte de son arythmie cardiaque. La plupart du temps, ce type de diagnostic est réalisé avant la signature du transfert. Pas à l’Inter, forcé de débourser trois millions d’euros pour un joueur qui n’aura finalement joué pour elle qu’un seul match amical. Une anomalie qui a peut-être rendu service à l'Inter (Fadiga bordel!), mais quand même.

Cette année, le Pierre Richard de l’histoire s’appelle Diego Forlan. Le blond avec deux chaussures noires a trouvé le moyen de se faire piéger par le règlement de l’UEFA, qui interdit de jouer une coupe d’Europe avec deux clubs différents. L’ancien Madrilène ayant joué avec l’Atletico contre les Norvégiens de Strömsgodset en Ligue Europa, il lui était donc impossible d’être qualifié pour la C1 avec l’Inter. Mais visiblement, personne n’avait prévenu l’Uruguayen que le duel face aux Scandinaves ne comptait pas pour la coupe d’Espagne. Plus grave encore, parmi les dizaines de bons à rien surpayés dans les bureaux de l'Inter, pas un couillon n'a eu l'idée de vérifier. Dernier épisode en date, le retour de Moscou, le 27 septembre. Après avoir fêté leur victoire sur le terrain du CSKA (2-3), en Ligue des champions, les joueurs ont pris un vol vers Milan, où ils ont atterri vers 2h20 du matin. Problème: en arrivant aux portiques de la douane italienne, les hommes de Ranieri n’ont trouvé que des guichets fermés. Un truc qui ne serait jamais arrivé à ceux de Guardiola, à n’en pas douter. Heureusement, les policiers ont fini par se pointer, quelques dizaines de minutes plus tard, la fleur au fusil. Mais le mal était fail.

Verdict de ZM: L’épisode Forlan est déjà un must. Ironie de l’histoire et petit clin d’œil à Ronaldo, l’Uruguayen s’est blessé à la mi-octobre et ne devrait faire son retour qu’en décembre ou janvier. Enfin, selon les médecins de l’Inter.

Nicolas Beunaiche

11:06 Publié dans Futibol | Lien permanent | Commentaires (40) | Tags : football, inter, milan, moratti, serie a, lose, loser Partager cet article avec:

Partager cet article sur Facebook  Ajouter dans Technorati  Ajouter dans Delicious  Partagez sur MySpace  Voter pour cet article dans Wikio  Partager sur StumbleUpon  Partager avec Digg  Partager sur Fuzz   partager sur Diigo    Partager via Tiny URL

A la une:

 //Pourquoi on préférait Trezeguet   //L'année 2014 de la lose en sept défaites magnifiques   //Quiz vidéo: Connaissez-vous votre Ronaldinho sur le bout des doigts?   //Quiz: Ibrahimovic, Eto'o ou un dictateur?   //Lettres de supporters de L1 à Carlos Slim   //Lucas, Pauleta, Ronaldinho... Elisez le plus beau presque-but du foot français   //Ballon d’Or 2013: Le jour où le ciel tomba sur Franck Ribéry   //L'année de la lose en sept défaites   //Aidons Jean-Michel Aulas à faire craquer Bafé Gomis   //Petit manuel de #reconversionvraie à l'intention de David Beckham 

Commentaires

Merci

Écrit par : Juventino_31 | 18/11/2011

Très bon papier ! Taper sur l'Inter, c'est facile mais bon y'a tellement de matière que ce serait dommage de s'en priver... Vous auriez pu aussi parler de l'épisode Nwankwo Kanu, qui joue 10 matchs à son arrivée, est opéré à coeur ouvert aux frais de Moratti puis, dès qu'il a retrouvé un peu de niveau, file à Arsenal où il aura quelques belles années. Autrement plus classe que Fadiga...

Écrit par : rooke | 18/11/2011

L'Inter n'a pas trampé dans le calciopoli, elle :fier:
La Juve des années 2000 et le Milan AC ont triché ouvertement, c'est plus facile pour gagner des rencontres ensuites...

Écrit par : corto | 18/11/2011

C'est vrai que l'Inter est un club de losers...à part de l'époque de Mou. D'ailleurs, ça m'étonne quand l'article ne cite pas le plus grand loser de l'histoire du foot...Hector Cuper qui était entraîneur du club entre 2001 & 2003.

Écrit par : davidb23 | 18/11/2011

@corto : L'inter absente du calciopoli ? Non condamnée à l'époque, les faits sont là aujourd'hui, renseigne toi.

Écrit par : tino83 | 18/11/2011

très bon article dommage qu'on ne parle pas de l'époque Mourinho où il a tout gagné... ou comme le dit davidb23 d'Hector Cuper

Écrit par : beepbeep | 18/11/2011

D'un tu n'as vraiment rien à foutre de ta vie pour écrire un article aussi long sur un club que tu détestes.De deux,tu dis beaucoup de choses fausses et tellement peu objectives...Comment peux-tu dire par exemple que Moratti a échoué ses négociations cet été avec Lippi ou Ancelotti alors qu'il ne les a jamais contactés.De plus, tu ne cesses de dire que ce club est un club de looser, sauf que le jour où un club français gagne en l'espace de quelques années 5 titres de champions,1 ligue des champions,2 coupes nationales,1 coupe du monde des clubs et autres supercoupes nationales, tu seras en train, parce que tu n'as rien à faire de ta vie, d'écrire un article célébrant ce magnifique et grand club français..

C'est bizarre je ne lis jamais un article déclarant qu'Arsenal et Wenger sont des loosers ? Pourtant Wenger, en 15 ans à Arsenal, a gagné le tiers de ce qu'a gagné Moratti, en quasiment autant d'années...

Pour finir, oui l'inter et moratti ont fait beaucoup d'erreurs stratégiques et de recrutement... Mais en plus de 15ans, c'est bien normal, et, je repete, la victoire magnifique en ligue des champions (après avoir battu Chelsea,Barça,Bayern...pas mal pour des loosers) il y a 1 an et demi met à néant tout ton discours dénué de fond et de références.
Bye bye

Écrit par : inter88 | 18/11/2011

Après 2006 y avait aucune concurrence. Vos titres ne valent rien. Ne ragez pas car vous loosez de nouveau !!

Écrit par : tino83 | 18/11/2011

Merci à tous pour vos commentaires.
En effet, j'aurais pu parler de plein de choses encore (de Kanu ou de Cuper notamment, vous avez raison -belle ITV du monsieur dans l'avant-dernier So Foot d'ailleurs) mais comme l'a dit l'ami inter88, cet article est déjà assez long.
Quant au reste du commentaire laissé par celui-ci, que dire? Déjà, qu'il se trompe en le voyant comme une attaque à l'encontre de l'Inter. Il se trouve que je suis moi-même un supporter de l'Inter. Moi aussi j'ai morflé pendant des années, mais avec le recul, je me dis juste qu'il y a vraiment de quoi se marrer. Moratti est un personnage génial. Qui aime bien châtie bien, pour la faire courte. Par ailleurs, l'Arsenal des six dernières années est un gros loser, oui, tout le monde en convient. Mais il est tellement moins marrant. Si tu avais lu d'autres papiers sur ce blog, tu saurais qu'on aime particulièrement les losers. La preuve ici et là:
http://zonemixte.20minutes-blogs.fr/archive/2011/10/23/souriez-on-a-perdu.html
http://zonemixte.20minutes-blogs.fr/archive/2010/05/05/l-atletico-madrid-le-club-prefere-des-sado-maso.html

Nicolas.

Écrit par : Zone mixte | 18/11/2011

Il faut rectifier. D'après ce qui est en train de sortir dernièrement, non seulement l'Inter a meme fait pire que la Juventus lors de Calciopoli mais il est clair à tous que toute cette histoire a été montée pour détruire la Juve à un moment de faiblesse suite à la mort des Agnelli.
Tout a été truqué y compris l'enquete des carabiniers et meme de manière aseez maladriote puisqu'il a suffit à la défense de Moggi de commencer à lire les écoutes non utilisées par l'accusation pour dévoiler le pot au roses.
Malgré cela, à la surprise générale, Moggi a encore été accusé: tout cela n'est possible que dans un pays bananier et arrieré comme l'Italie.

C'est bien un club de looser. Ce que ne veulent pas comprendre les Interistses c'est que leur mahleur c'est leur président. La seule façon qu'il a trouvé pour gagner, ça a été de s'acheter la fédération et monter un enquete ridicule. Compliments. De quoi etre fier d'etre interiste...

Écrit par : lereg | 18/11/2011

Je suis interista, mais pour moi le coup le plus puissant de Moratti durant toutes ses années de présidence, c'est quand il vire Hector Cuper, qui aura été le seul entraîneur à avoir permis à l'Inter de rêver à nouveau, en tutoyant le scudetto en 2002 et en arrivant en demi-finale de C1 en 2003, où on se fait seulement éliminer sur l'avantage du but à l'extérieur (MAUDIT tirage au sort...). Du reste, cet article est assez véridique, par contre tu attribues à Moratti/l'Inter en général des fautes qui ne dépendent pas uniquement du club :

- Eto'o, c'est lui qui a voulu partir, plus gros salaire proposé ailleurs, en même temps l'Inter n'a plus un rond et peut récupérer 30 millions quand même, impossible de concurrencer l'Anzhi.

- le départ "forcé de Leonardo, si tu es vraiment interista (ne le prend pas mal mais j'en doute quand même), tu sais comme moi que c'était la meilleure chose possible, ce mec n'est pas et ne sera jamais un (bon) entraîneur, juste un bon "motivateur". La meilleure solution c'était Benitez, dommage que lui tu n'en parles pas. Après, le choix de Gasperini a été mauvais mais aujourd'hui on sait bien que c'était un choix par défaut.

-Pour ce qui est de Suazo, Quaresma, Muntari, ne me fais pas rire, depuis quand ces mecs sont de grands joueurs ? Suazo a fait de bonnes choses à Cagliari mais c'est pas de notre faute si au final il a les pieds carrés, on lui a LARGEMENT donné sa chance et à chaque fois il donnait envie de pleurer. Quaresma, + ou - pareil, d'ailleurs il est parti à Chelsea entre temps (hiver 2009) et il a fait quoi ? Que dalle. Muntari, j'espère simplement que tu suis réellement le football pour dire que c'est un talent gâché. Je ne sais même pas comment on peut appeler ce mec un footballeur.

- Lippi, apparemment c'est quand même lui qui s'est mis tout le club à dos, y compris les joueurs, sa mentalité de rubentino n'a pas aidé.

Plus diverses autres choses encore. Mais dans le fond, bon article quand même. Je pense que l'Inter n'en a pas fini avec les titres, par contre, le club va réaliser son plus gros coup du mercato quand il se séparera de... Moratti. Nous sommes d'accord là-dessus je pense.

Écrit par : lawl | 18/11/2011

"D'après ce qui est en train de sortir dernièrement, non seulement l'Inter a meme fait pire que la Juventus lors de Calciopoli mais il est clair à tous que toute cette histoire a été montée pour détruire la Juve"

Euh non, faut pas raconter n'importe quoi, n'importe qui suivant régulièrement la Serie A sait que Moggi trempe depuis TRES longtemps dans de sales magouilles, et si tu fais références aux écoutes téléphoniques de Facchetti, ça me fait marrer, le mec exige un arbitre qui fasse son travail NORMALEMENT et rien d'autre. Mais les juventini, obsédés à l'idée de faire la même aux nerazzurri s'inventent des trucs pour se donner raison. L'Inter pire que la Juve non mais ce qu'il faut pas lire sérieux...

Écrit par : lawl | 18/11/2011

Voici la retranscription de la communication téléphonique entre Bergamo et l'arbitre Pasquale Rodomonti :

"B: Tu prépares bien le match ?
R: Oui, oui, oui,...

B: Il y a une différence de 15 points entre les deux équipes, tu comprends ? Prépare toi donc bien, même psychologiquement.
R: Sois tranquille.

B: ... Fais ton match, mais si tu as la moindre hésitation, pense plutôt à l'équipe qui est derrière plutôt qu'à celle qui est devant, je compte sur toi !
R: Ok, tu as ma parole, sois tranquille.

B: Cela doit rester entre toi et moi... Tu sais à quel point il est difficile d'arriver où tu es arrivé, il serait stupide pour toi de redevenir d'où tu viens. Sois intelligent !
R: Parfait, j'ai bien compris !

B: J'espère vraiment que cela restera entre toi et moi.
R: Sois tranquille... Je ne parle jamais de moi avec les autres.
B: J'y compte bien, parce que c'est seulement un choix pour toi, crois-moi, tu dois uniquement penser à toi."

Maintenant vous pouvez ressortir toutes les écoutes concernant Moggi, elles sont pas aussi accablantes que celle là !

FATE RIDERE MAFIOSI !!!!!! PRESTCRITI !

Écrit par : Juventino_31 | 18/11/2011

Conversation qui a eu lieu peu avant le Inter Juve de 2004 !

Écrit par : Juventino_31 | 18/11/2011

"Maintenant vous pouvez ressortir toutes les écoutes concernant Moggi, elles sont pas aussi accablantes que celle là !"

J'arrive pas à savoir si c'est du 2nd degré ou pas. J'aurais mieux fait de copier-coller quelque part toutes les retranscriptions des convos' téléphoniques de Moggi, là effectivement on aurait bien rigolé, mais je savais pas qu'il y avait encore des ignorants pour croire à l'innocence de la Juve.

Écrit par : lawl | 18/11/2011

Désolé si je me suis mal fait comprendre, j'ai pas voulu parler d'innocence, mais si tu crois à l'innocence de l'Inter, bienvenue dans le monde des bisounours !
Ce qu'on veut c'est la justice, on vous a attribué un titre (puis ceux qui ont suivi en dépendent directement), alors que parler aux "désignateurs" des arbitres était une pratique courante de toute les équipes (et ça continue post-calciopoli d'ailleurs).
Seuls Moggi et la Juventus ont vraiement payé, pour faire comme si on avait fait le ménage dans le calcio à l'époque, en réalité la situation a empiré...

Bravo Morratti, son pote le patron de Télécom Italia, et son grand ami Guido Rossi pour avoir fait croire au monde entier que l'Inter était un grand club. Aujourd'hui, la vérité, tout le monde qui s'intéresse de près au procès la connait, mais comme ils ont finement calculé leur coup, elle arrive trop tard, et maintenant il y a PRESCRIPTION :D (fabuleux)

A noter que les avocats de Moggi ont voulu avoir accès au reste des interceptions téléphoniques dès 2006, et ils ont eu le droit en 2010 ...

VINCETE SOLO A TAVOLINO

Écrit par : Juventino_31 | 18/11/2011

Bande de plouc, pas les Interistes hein!!! et puis parler de Calciopoli, en attendant Moggi c'est pris 5 ans de zonzon, mais non il est innocent qu'est ce que je racconte.
Enfin bon le plus mediocre la dedans reste le pseudo redac a 2 balles... Arriverderci ou pas!!!

Écrit par : Riccardo | 18/11/2011

ps l'ami Juventino, tu crois t'y connaitres apparement, mais bon avant 2006, c'etait tout a fait legal de parler avec les designateurs, bref il y a une ecoute qui est sortie en octobre qui demontrent comme jamais qu'il y avait des magouilles faites par la Juve... aller je vous laisse dans vos delires...

Écrit par : Riccardo | 18/11/2011

Bah oui je crois m'y connaitre, toi moins visiblement... Puisque parler aux désignateurs était légal, on y est allé pourquoi en B ?

Bref, ce débat n'a pas lieu d'être, la vérité, tout le monde la connait, Morratti et l'Inter sont bien plus impliqués que n'importe qui dans ce Calciopoli...

En espérant de tout coeur vous voir en B l'année prochaine,

Cordialment.

Écrit par : Juventino_31 | 19/11/2011

Je trouve cette article completement debile !

L'inter a dominé le Milan ac pendant 50 ans dans le passé, Les années 99 ou 2000 il se font voler le titre par la Juve , entre temps , ils ont eu 3 Europa league en 6-7 ans, un record que personne n'a réussi a avoir dans cette coupe ..

Il faut pas oublier que les 3 premiers titre du Milan ac, ont été gagner par 9 joueurs de l'Inter , vu que l'Inter n'exister pas! donc faut regarder un peu le passé avant de dire que c'est des looseurs ..

parce que si l'Inter sont looseur, qu'es qu'ils sont l'OM ? pire de chez pire ..

Écrit par : Benko | 19/11/2011

Article excellentissime. Attention, ça devient une habitude.

Et en lisant les tous derniers commentaires, je me dis que l'on peut étendre le terme de looser à l'ensemble du football italien et de ses tifosi hallucinés.
Une petite pensée émue à la coupe de Ronaldo en 2002 "le quart-de-bol".

Écrit par : Bob Les Ponges | 02/12/2011

excellent article!

Écrit par : cousins tt | 06/12/2011

Bravo pour ton article , je l'ai trouvé très intéressant . Cependant je pense qu'aujourd'hui , Moratti s'entoure de personne qui connaisse le foot , comme le faisait son illustre père .
Nous parlons tout de même d'un club qui a battu tout les records d'Italie avec 5 championnats consécutifs , 40 matchs sans défaite et 20 victoires d'affilés notamment . On retiendra également que nous sommes la seule équipe à avoir fait chuter le Grand Barca (favorisé par l'arbitrage sois dit en passant) .
Et puis , on a beau dire , l'internazionale de Moratti a toujours des joueurs spectaculaire qui faisaient réver , Ronaldo, Vieri, Recoba, Adriano, Cruz, Crespo, Ibrahimovic, Eto'o, Milito et dans la lignée aujourd'hui Forlan , demain je l'espere Cavani, Falcao...
L'inter n'a donc pas toujours fait les bons choix , mais quel club au monde peut se venter d'avoir toujours fait les bon choix ?
Moratti a fait beacoup d'erreur mais j'ai l'impression qu'aujourd'hui il a appris de ces erreurs , et avec sa passion pour le foot , je pense que son club d'amour continura à gagner des trophées et à écrire de belles histoires . ^_^

Écrit par : prince milito | 31/12/2011

+1 Prince milito

Écrit par : Forza juve | 31/12/2011

La chose que j'aime dans tes articles c'est qu'ils sont vraiment clairs et instructifs. Génial !
J'aimerais bien que tu m'écrives par mail pour d'autres informations .
En tout cas, bonne continuation.

Écrit par : Page web | 10/02/2012

C'est encore d'actualité ;)

Écrit par : Freelance seo | 17/03/2012

tu aurais du dire aussi que l inter a aussi réussi à gagner un championnat d italie en terminant 3eme du championnat à 15 point du premier (la juve) soit disant le championnat des honnête alors que l on a découvert par apres de nombreuse écoute téléphonique où l ancien dirigeant interiste Facchetti parlait avec les désignateurs des arbitres... quel honte de club. mais bon d un coté c etai leur seul moyen de remporter un championnat 17 ans aprés avoir remporter le précédant en 1989... surtout qu en 2006 il n y avai aucune preuve que la juve avait triché (et ca a d ailleurs été prouvé plus tard que Moggi ne faisait rien d illégal et beaucoup de chose ont été démenties, donc la juve ne méritait pas la série B contrairement à l inter et surtout ne méritait pas qu on leur enleve 2 championnats dont un pris par l inter au tribunal en 2006 comme je l ai dis avant... quel misérable club...

Écrit par : juventino | 29/05/2012

j'adore ces footeux !

Écrit par : ethylotest | 22/06/2012

Diego forlan et un excellent joueur, je suivais ses matchs quand il était à l'athlétique de Madrid, quant à l'inter je ne suis pas trop fan, j'espère qu'il vont rejouer contre la Barca j'aimerais bien voir messi marquer contre eux 3 ou 4 buts lol

Écrit par : jeux gratuits | 26/06/2012

C'est quand même marrant n'empêche, la Juve, "le club de la gagne" qui a moins de ligue des champions que l'Inter, le club de loosers. Cette article n'a aucun fondement, c'est facile de taper sur un club quand il passe une période difficile. On ne vous entendait pas à l'époque peu lointaine ou l'Inter empilait les scudetti et gagner une CL pour conclure ce cycle. Donc Nicolas Beunaiche je ne sais pas qui tu es, mais tes articles sur la Serie A ne ressemble à rien.

Écrit par : Paolo | 03/08/2012

L'inter a perdu sa magie avec le départ de Mouhrino du club, pourtant l'histoire de ce club est vraiment belle

Écrit par : monster high | 03/01/2013

Quand je regarde le mercato de l'inter cette année franchement il y a de quoi pleurer, il ne reste plus rien de l'institution Inter aujourd'hui il serait temps que la famille Moratti passe la main a d'autre investisseurs pour redonner à cette équipe la plus qu'elle doit avoir

Écrit par : Laurent | 29/07/2013

Contenu du budget miserable du psg,vous vous attendiez a quoi?On a beau dire ceci,cela mais avec tout les petro dollars que dispose le desormais le psg,on a prouvé qu'il était encore possible de faire un recrutement ridicule,parce que je préfère avoir bourillon,que Lugano dans ma defense.Au moins on aurais un titre.

Écrit par : idrpoker.com agen texas poker online indonesia terpercaya | 11/03/2014

Contenu du budget miserable du psg,vous vous attendiez a quoi?On a beau dire ceci,cela mais avec tout les petro dollars que dispose le desormais le psg,on a prouvé qu'il était encore possible de faire un recrutement ridicule,parce que je préfère avoir bourillon,que Lugano dans ma defense.Au moins on aurais un titre.

Écrit par : belajar bahasa inggris dasar | 26/04/2014

L'inter absente du calciopoli ? Non condamnée à l'époque, les faits sont là aujourd'hui, renseigne toi. ">

Écrit par : cara mudah hamilcara mudah hamil | 26/04/2014

L'inter a perdu sa magie avec le départ de Mouhrino du club, pourtant l'histoire de ce club est vraiment belle ">

Écrit par : kata kata cinta dalam bahasa inggris | 26/04/2014

C'est quand même marrant n'empêche, la Juve, "le club de la gagne" qui a moins de ligue des champions que l'Inter, le club de loosers. Cette article n'a aucun fondement, c'est facile de taper sur un club quand il passe une période difficile. On ne vous entendait pas à l'époque peu lointaine ou l'Inter empilait les scudetti et gagner une CL pour conclure ce cycle. Donc Nicolas Beunaiche je ne sais pas qui tu es, mais tes articles sur la Serie A ne ressemble à rien.

Écrit par : Cipto Junaedy | 14/06/2014

C'est vrai que l'Inter est un club de losers...à part de l'époque de Mou. D'ailleurs, ça m'étonne quand l'article ne cite pas le plus grand loser de l'histoire du foot...Hector Cuper qui était entraîneur du club entre 2001 & 2003.

Écrit par : bundapoker.com agen texas poker dan domino online indonesia terpercaya | 19/08/2014

une équipe de football peut réussir et prospérer, essentiellement, à mon avis est la capacité d'un entraîneur devenir un bon gestionnaire en termes de construction d'une stratégie de sorte que lorsque le jeu peut gagner

Écrit par : lake toba tour | 10/03/2015

ancien club de football inter milan est l'un des plus redouté, mais avec juste compter sur l'achat de joueurs sans faire bonne stratégie finalement comme aujourd'hui, l'Inter Milan a finalement perdu sa gloire, vraiment malheureux, je espère revenir parfois triompher l'Inter Milan

Écrit par : bukit lawang tour | 10/03/2015

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu