Avertir le modérateur

« EuroBasket: Les Bleus pour un dernier fiasco? | Page d'accueil | Ben Arfa, une idéologie du foot »

02/09/2011

Mercato 2011: Top 10 des maîtres du #WTF

football,transferts,mercato,wtf,eto'o,anzhi

"A l’approche de la fermeture du mercato estival, le Losc, Liverpool et Joe Cole (29 ans) se sont mis d’accord pour le prêt de l’attaquant international anglais."

(Le Losc, dans un communiqué de presse)

Pour son dernier jour d’activité, le mercato nous a une nouvelle fois régalés. De Joe Cole à Christian Poulsen en passant par la rumeur José Mourinho au PSG, les clubs, bien aidés par les journaux, ont su hisser avec brio la bannière du WTF. A vrai dire, on n’en attendait pas moins d’un marché des transferts qui avait déjà atteint des sommets dans l’inventivité, l’incongruité et/ou la connerie. Si vous avez raté le début, le milieu ou la fin, Zone mixte vous rafraîchit la mémoire avec un petit top 10 de ce qui s’est fait de mieux (ou de pire) durant l’intersaison. 


10) Dijon, une famille en Côte d’Or

L’OM en a rêvé, Dijon l’a fait. Cet été, le promu a fait signer l’attaquant ivoirien et ancien Manceau Drogba. Un sacré coup d’éclat en apparence, au détail près qu’il ne s’agit pas de Didier, la superstar de Chelsea, mais de son frère Freddy, qui pourrissait en CFA dans la Sarthe. Faut pas déconner quand même. Mais continuons le jeu des sept familles. En Bourgogne, Freddy retrouvera Leslie Malouda, le frère de Florent. Qui vient d’être intronisé nouvel actionnaire du DFCO et se trouve être un bon pote de Didier, avec qui il joue en Angleterre. Coïncidence, regroupement familial ou petit piston? On vous laisse rayer les mentions inutiles.

Dijon prend pour… l’OM, qui a manifestement recruté le cousin d’Alou Diarra.

 

9) Le Genoa, foire aux bestiaux

Cet été encore, le tableau des transferts du Genoa a ressemblé à un immense casse-tête pour lecteurs de Télé 7 Jeux. Prêts, retours de prêts, options d’achat, copropriétés, fins de contrats, transferts définitifs… Le comptable du club a dû s’amuser. Espérons qu’il apprécie l’absurde. Kevin-Prince Boateng, recruté l’été dernier puis prêté dans la foulée au Milan AC, a ainsi définitivement rejoint la Lombardie en juin, si bien qu’il n’aura donc jamais foulé la pelouse de Luigi-Ferraris. Mattia Destro, prêté par l’Inter à l’intersaison 2010, a lui signé cet été pour de bon au Genoa… qui l’a immédiatement revendu à Sienne. Les cochons. Le tableau des transferts du Genoa, c’est tellement n’importe quoi qu’on y trouve un mec qui s’appelle Louise Parfait, un Felipe Seymour et Kevin Constant.

Le Genoa prend pour… toute la Serie A et ses pratiques hallucinantes.

 

8) Grenade, Udinese presque parfait

Le promu espagnol n’a pas le pétrole de Malaga, mais il a des idées. Sa plus originale: avoir noué un partenariat avec le club d’Udine, en Serie A, dont le président est aussi le sien. Attention, rien à voir avec l’accord entre Libourne et l’OM et ses échanges Gragnic-Deruda. Le Granada FC et l’Udinese ont vu les choses en bien plus grand. L’année dernière, pas moins de douze joueurs prêtés par le club italien ont évolué en Secunda Division. Avec succès donc. Cette année, ils sont pour le moment six. Le reste du contingent des transférés de l’été est essentiellement composé de joueurs du Benfica Lisbonne (quatre au total). Le risque étant évidemment qu’en bouleversant l’effectif d’une année sur l’autre, l’instabilité nuise aux performances de l’équipe. A Zone mixte, on a déjà surnommé Grenade «Passera pas l’Ibère».

Grenade prend pour… le Shaktar Donestk, dont le contrat avec les écoles de samba de Rio commence à se voir.

 

7) Bologne, capitale de la boulette

Le plus beau fail de l’été. Comme ceux du Genoa, les dirigeants de Bologne sont passés à l’intersaison par la case compta et prise de tête. Il leur fallait notamment régler la question de la copropriété avec l’Inter Milan du gardien de but Emiliano Viviano. Dans ce genre de cas généralement, une discussion, un petit chèque et une tape sur l’épaule suffisent à sceller le sort du joueur. Sauf quand les clubs souhaitent tous les deux le conserver dans leur effectif. Le cas échéant, ils doivent participer au fameux jeu des enveloppes. Chacun y met la somme qu’il est prêt à dépenser pour le joueur, et le plus généreux l’emporte. Avec 4,7 millions d’euros offerts, contre 4,1 pour l’Inter, Bologne aurait donc dû emporter le bout de gras. C’était sans compter la boulette (à la sauce bolognaise, forcément) de son directeur général, qui a inscrit ses 4,7 millions dans la case correspondant à l’évaluation globale de Viviano. Ce qui revenait à proposer 2,335 millions pour le gardien donc. Ballot. D’autant plus que Bologne espérait empocher 8 à 9 millions de sa revente à la Roma. Maigre consolation: Viviano s’est blessé à l’entraînement avec l’Inter et sera absent six mois.

Bologne prend pour… tous les dirigeants de Serie A qui auraient ri en lisant nos lignes sur le Genoa.

 football,transferts,mercato,wtf,eto'o,anzhi

6) Le Barça, la rançon de la gloire

Le gros coup du mercato barcelonais s’appelle évidemment Cesc Fabregas. Raconté par les Catalans, c’est un peu l’histoire de l’enfant kidnappé par un affreux pedobear prénommé Arsène puis relâché quelques années plus tard après le suicide de son ravisseur. Vu par Zone mixte, c’est surtout la reconnaissance, par le meilleur centre de formation du monde, de l’un de ses échecs notoires. De Wenger, Fabregas ou ses entraîneurs de l’époque, difficile de déterminer avec précision qui est responsable du départ du joueur vers Arsenal en 2003. Ce que l’on sait, c’est que le Barça aurait pu le retenir. Il ne l’a pas fait, l’a regretté, avant de réparer son erreur pour la somme de 29 millions d’euros (sans compter les bonus). Ca fait cher l’erreur. Heureusement, ça n’arrivera plus. En tout cas pas avant la majorité de Jon Toral, 16 ans, transféré du Barça vers Arsenal en février dernier.

Le Barça prend pour… le Stade Rennais et son Fabregas local, Julien Féret.

 

5) Saragosse, la vida loca

Depuis le triste épisode Tevez/Mascherano, on pensait la mode du poulet loué terminée. Cet été, Saragosse et l’agent Jorge Mendes en ont pourtant décidé autrement. Dans le rôle de la volaille cette fois: le gardien de but de Benfica Roberto. Pour le faire venir, le club espagnol, endetté jusqu’au cou, n’a pas hésité à passer par un fonds d’investissement lié, notamment, au Portugais. Celui-ci a acquis les droits du joueur, avant de «louer» son bien à Saragosse. Sur un total de 8,6 millions versés à Benfica, le Real Zaragoza n’aura sorti que 86.000 euros de son porte-monnaie. Le prix d’un orteil, grosso modo. Une petite somme qui s’ajoute tout de même au salaire du gardien de but, à la charge intégrale des Espagnols. Voilà sur le papier. Reste à savoir qui de Saragosse, l’un des plus mauvais payeurs du pays, ou du fonds d’investissement, pressé de rentabiliser son achat, va craquer le premier. Réponse probable avant Noël.

Saragosse prend pour… la Ligue espagnole, qui préfère fermer les yeux.

 

4) Guangzhou Evergrande, le milieu en pire

Dario Conca en Chine, c’est l’équation à multiples inconnus. Un club sorti de nulle part + un mystérieux joueur = le cinquième plus gros salaire de la planète football. Pas très logique tout ça. On reprend. Le Guangzhou Evergrande, c’est "le Chelsea de l’Asie". C’est en tout cas en ces termes que son propriétaire depuis un an et demi, le groupe immobilier Evergrande, a pour habitude de le présenter. Sa stratégie consiste à recruter des Sud-Américains de bon niveau (Cleo et Muriqui y ont aussi signé) en leur offrant des ponts d’or. Conca est l’un d’eux. Il n’est pas international, n’est plus tout jeune (28 ans), mais il sait manier le ballon (il a été élu meilleur joueur du championnat brésilien en 2009 et 2010). C’est bien suffisant pour le championnat chinois et pour l’effet de comm’ recherché par les dirigeants du club. Le Guangzhou Evergrande ne concurrencera peut-être pas tout de suite Chelsea, mais il a pris date. Et quelque chose nous dit que la prochaine fois, il ne se contentera pas du cousin d’Ariel Ortega.

Guangzhou prend pour… les nouveaux riches qui jouent à Futebol Manager.

 football,transferts,mercato,wtf,eto'o,anzhi

3) Manchester City, le “malsanibroyeur”

Au conseil d’administration de Manchester City, l’histoire drôle du mec qui voulait instaurer le fair-play financier dans le monde du football est toujours un succès. Il se dit même qu’entre deux chèques, Mansour bin Zayed Al Nahyan ne manque pas une occasion de la raconter. Cet été, il n’a pas arrêté. Agüero, Clichy, Savic, Nasri, Hargreaves… Les millions de livres de la colonne achats ont défilé aussi vite que ceux de la dette du club. Côté ventes, en revanche, calme plat. Hormis Given et Boateng (17 millions au total), le club a préféré prêter. Et pas n’importe qui: rien de moins qu’Adebayor et Santa Cruz, recrutés pour 29 et 21 millions d’euros il y a deux ans. Soit deux joueurs broyés par la machine City, capable de transformer de bons joueurs en vulgaires merdes que l’on refile à celui qui en veut bien. Pas sûr que Saint-Michel puisse y faire grand-chose.

Manchester City prend pour… le PSG et Malaga, à titre préventif.

 

2) Neuchâtel, un Xamax de problèmes

Sonny Anderson ne pensait peut-être pas regretter un jour Jean-Michel Aulas. Encore moins aussi vite. Recruté en juin au poste de directeur sportif de Neuchâtel par le Tchétchène Bulut Chagaev, en compagnie de François Ciccolini et Jean-Luc Ettori, le Brésilien a pris la porte en juillet, après seulement deux matchs de championnat, comme le premier Loïc Amisse venu. Outre deux défaites, le président leur reprochait notamment d’avoir provoqué la blessure d’un gardien afin de faciliter le transfert d’un Brésilien à son poste. Mais bien sûr… Après ça, Chagaev, croisement entre Waldemar Kita et Ramzan Kadyrov (un ami), a profité de son élan pour renvoyer ce fameux gardien de but brésilien dans sa favela et congédier le successeur d’Anderson, un Russe, à la direction sportive. Propriétaire du Terek Grozny, il a également tenté de placer l’un de ses joueurs, un Polonais tout juste arrivé de Cracovie. Loupé. Et dire que Xamax avait contacté Trezeguet et Heinze en début de mercato…

Neuchâtel prend pour… Nantes et son président Kita, qui n’a visiblement pas retiré toutes les mines anti-personnel à la Jonelière.

 

1) Makhachkala, l'envie de voir l'Anzhi

Le numéro un incontestable du mercato ne pouvait être que Makhachkala, élue par L’Express et Samuel Eto’o "ville où il fait bon vivre de l’année 2011". Cet été, le club du Daguestan a réussi l’exploit de passer de la rubrique faits-divers à celle des sports en seulement quelques jours. Il lui aura suffi d’un seul transfert pour faire la une des journaux et sites spécialisés, celui du Camerounais pour 30 millions d’euros d’indemnité (lire notre article "Le football pris dans l'étau"), quand ceux de Boussoufa, Zhirkov et Carcela, pourtant bien WTF eux aussi, n’auront eu droit qu’à une brève sur Foot Mercato. En contrepartie de ses dimanches, l’ancien intériste a notamment obtenu un salaire de 20 millions d’euros annuels –le plus important de tout le milieu-, une Ferrari et une résidence de luxe à Moscou, où il devrait vivre dans la semaine. L’enterrement de sa carrière resterait en revanche à sa charge. Quant à l’Anzhi et son président Kerimov, on devrait entendre à nouveau parler d’eux très vite. Ils remettront leur titre de maîtres du WTF dès le mercato d’hiver.

Nicolas Beunaiche

15:28 Publié dans Futibol | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : football, transferts, mercato, wtf, eto'o, anzhi Partager cet article avec:

Partager cet article sur Facebook  Ajouter dans Technorati  Ajouter dans Delicious  Partagez sur MySpace  Voter pour cet article dans Wikio  Partager sur StumbleUpon  Partager avec Digg  Partager sur Fuzz   partager sur Diigo    Partager via Tiny URL

A la une:

 //Pourquoi on préférait Trezeguet   //L'année 2014 de la lose en sept défaites magnifiques   //Quiz vidéo: Connaissez-vous votre Ronaldinho sur le bout des doigts?   //Quiz: Ibrahimovic, Eto'o ou un dictateur?   //Lettres de supporters de L1 à Carlos Slim   //Lucas, Pauleta, Ronaldinho... Elisez le plus beau presque-but du foot français   //Ballon d’Or 2013: Le jour où le ciel tomba sur Franck Ribéry   //L'année de la lose en sept défaites   //Aidons Jean-Michel Aulas à faire craquer Bafé Gomis   //Petit manuel de #reconversionvraie à l'intention de David Beckham 

Commentaires

Un beau résumé de notre mercato estival... avec une petite préférence pour le surnom de Grenada...
Espérons que certains d'entre eux pourront tout de meme briller, on ne sait jamais...

Écrit par : Clubs de Sport Nantes | 04/09/2011

Votre conclusion est tout à fait remarquable, mois même un fan du foot ne penserais pas à un tel analyse.

Écrit par : rachat de credit simulation | 17/09/2011

Contenu du budget miserable du psg,vous vous attendiez a quoi?On a beau dire ceci,cela mais avec tout les petro dollars que dispose le desormais le psg,on a prouvé qu'il était encore possible de faire un recrutement ridicule,parce que je préfère avoir bourillon,que Lugano dans ma defense.Au moins on aurais un titre.

Écrit par : idrpoker.com agen texas poker online indonesia terpercaya | 11/03/2014

Un beau résumé de notre mercato estival... avec une petite préférence pour le surnom de Grenada...
Espérons que certains d'entre eux pourront tout de meme briller, on ne sait jamais..

Écrit par : kata kata minta maaf | 25/04/2014

Votre conclusion est tout à fait remarquable, mois même un fan du foot ne penserais pas à un tel analyse

Écrit par : pengen cepat hamil | 25/04/2014

Contenu du budget miserable du psg,vous vous attendiez a quoi?On a beau dire ceci,cela mais avec tout les petro dollars que dispose le desormais le psg,on a prouvé qu'il était encore possible de faire un recrutement ridicule,parce que je préfère avoir bourillon,que Lugano dans ma defense.Au moins on aurais un titre. ">

Écrit par : cara belajar bahasa inggris dengan cepat | 25/04/2014

Contenu du budget miserable du psg,vous vous attendiez a quoi?On a beau dire ceci,cela mais avec tout les petro dollars que dispose le desormais le psg,on a prouvé qu'il était encore possible de faire un recrutement ridicule,parce que je préfère avoir bourillon,que Lugano dans ma defense.Au moins on aurais un titre. ">

Écrit par : Cipto Junaedy | 14/06/2014

Contenu du budget miserable du psg,vous vous attendiez a quoi?On a beau dire ceci,cela mais avec tout les petro dollars que dispose le desormais le psg,on a prouvé qu'il était encore possible de faire un recrutement ridicule,parce que je préfère avoir bourillon,que Lugano dans ma defense.Au moins on aurais un titre. ">

Écrit par : Cipto Junaedy | 14/06/2014

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu