Avertir le modérateur

« 2011-05 | Page d'accueil | 2011-07 »

29/06/2011

La grande EPO-pée du cyclisme (1/3): Le top du top, de Banesto à l'US Postal

4335794790_e2ff60d2fe_z.jpg

"A un moment donné, il faut dire aux gens que le Père Noël n'existe pas (…) Oui, j'ai vu Lance Armstrong se doper."

(Floyd Landis, en 2010)

L'approche du Tour de France a émoustillé la rédaction de Zone mixte, qui a décidé de laisser parler ses sentiments. Le duel à venir entre Contador et Schleck, c'est bien beau, mais les envolées de Virenque, les démarrages de Pantani, la puissance éléphantesque d'Ullrich et toutes ces perf' inhumaines des années 90, c'était quand même vachement plus sympa.

On peut dire ce qu'on veut, difficile de ne pas être nostalgique de cette époque dorée de l'EPO pris sans scrupules, qui nous a procuré nos premières émotions d'amateurs de cyclime pré-pubères. Cela avait commencé bien sûr avec la Banesto, équipe phare au moment de l'entrée du peloton dans l'ère industrielle de la consommation d'érythropoïétine. L'équipe espagnole, composée de valeureux soldats pour qui la dévotion a un sens (ahhhh, Gérard Rué!), emmène le Roi Miguel vers un fabuleux quintuplé. Un Miguel qui réussit à résister jusqu'en 95. Un putain d'exploit, parce qu'avec Gewiss (Ugrumov, Berzin), Carrera (Chiappucci, Pantani), Once (Zülle, Jalabert) ou Festina (Virenque, Leblanc) dans les parages, l'adversité a peu à peu atteint un niveau inégalé.

ZM a sélectionné pour vous la crème de la crème de la décennie EPO, le tout en trois actes. Avant d'évoquer les comètes restées dans les mémoires (vendredi) puis la grande histoire des cyclistes italiens (samedi), voici la première partie de notre EPO-pée du cyclisme moderne consacrée aux équipes hors-normes.

Lire la suite

08/06/2011

"Nouveaux Zidane" et vieilles rengaines

marvin.jpg
"On sait que c'est un joueur qui peut débloquer la situation. Ce soir, il l'a fait, c'est très bien pour lui. C'est comme la première sélection de Zinedine Zidane, deux buts et une passe dé, c'est magnifique pour lui [...] Ce n'est plus ZZ, c'est MM!"

(Yann M'Vila, à propos de Marvin Martin, à la fin du match Ukraine-France)

La rédac' de Zone Mixte, qui aime bien parler d'elle à la troisième personne, n'a pas vocation à donner des leçons d'histoire à ses fidèles lecteurs. Mais elle conseille à tous ceux qui ont été horripilés par la Une du Parisien de mercredi et par l'avalanche de commentaires élogieux sur le premier (!) quart d'heure de Marvin "Bébé Zidane" Martin en équipe de France la lecture attentive de cet ouvrage de Didier Fischer: L'homme providentiel. Un mythe politique en république de Thiers à De Gaulle. Pour ceux que ça intéresse, on y apprend d'où vient ce besoin presque pathologique des Français, quand la situation est désespérée, de confier leur destin à "un sauveur", à un homme "qui va aider la nation à dépasser ses difficultés afin de retrouver l'ordre des choses". Dans le désordre et pas toujours pour le meilleur: Jeanne d'Arc, Pétain, Thiers, De Gaulle, Clemenceau. Vu de loin, cela n'a pas grand-chose à voir avec Marvin Martin, nous direz-vous. Et pourtant, en politique comme en football, le réflexe monarchique ancré en chaque habitant de notre beau pays ne déçoit jamais.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu