Avertir le modérateur

« La grande EPO-pée du cyclisme (1/3): Le top du top, de Banesto à l'US Postal | Page d'accueil | La grande EPO-pée du cyclisme (3/3): Les Italiens, un roman à eux seuls »

01/07/2011

La grande EPO-pée du cyclisme (2/3): Les plus belles comètes

759932008_c4a3d5020c_o.jpg

"Des coureurs jusqu'alors anonymes ont soudain réalisé d'énormes progrès et des bourricots se sont métamorphosés en pur-sang."

Thierry Bourguignon (ex-clown du peloton)

La suite de notre série sur le Tour de France et les années EPO... Aujourd'hui: les comètes, ces équipes qui ont tout écrasé une année ou un peu plus, avant de disparaître pour les raisons qu'on devine. A déguster sans modération.


Gewiss, un peu gros les gars, non?

Milan-San Remo, Liège-Bastogne-Liège, un triplé inédit sur la Flèche Wallonne, Tour d'Italie, 2e place du Tour de France: la flippante saison 94 réalisée par la Gewiss met le peloton mal à l'aise. Il faut dire que les Italiens n'ont pas fait dans la discrétion. Quand on sort un vétéran comme Piotr Ugrumov des cartons pour l'emmener sur le podium du Tour, quatre ans après son unique participation terminée à la 45e place, il faut s'attendre à attirer l'attention. Sans parler d'Evgueni Berzin, véritable personnalisation du concept de comète. Vainqueur du Giro à 24 ans pour sa 2e année pro, affolant de facilité sur tous les terrains, le Russe est la hype de l'intersaison 94-95. Mais ça ne va pas plus loin. Il fait encore illusion l'année suivante, avant de tomber dans les abîmes du cyclisme. La Gewiss, c'est aussi la métamorphose de Bjarne Riis. L'ex-porteur de bidons de Castorama montera sur le podium du Tour en 1995, année où la formation italienne remporte le contre-la-montre par équipe à 55 km/h de moyenne...

Petite précision qui peut expliquer certaines choses: le médecin de l'équipe n'est autre que Michele Ferrari, dont la réputation ne sera bientôt plus à faire. La conscience tranquille, l'Italien reconnaît donner de l'EPO à ses coureurs. Serein, il affirme que cette substance "n'est pas plus dangereuse que 10 litres de jus d'orange". On touche au sublime...

Cofidis, le one-shot de 1998

Cofidis, tu es le soleil de ma vie... Coooofiiidiis... Qui ne se souvient pas de cette pub lancinante qui squatte la télé publique entre deux échappées du Tour à l'été 1998? Le maillot de l'équipe de Bernard Quilfen est au diapason, avec un beau soleil sur fond blanc et 0 802 302 302 inscrit en dessous. Un numéro de téléphone que les téléspectateurs de l'époque ont dû apprendre par cœur, tellement il leur a imprimé la rétine pendant trois semaines. Pourtant, le leader attitré des Cofidis, Francesco Casagrande, est obligé de quitter le peloton pour deux contrôles positifs à retardement. Pas grave, il reste Bobby Julich et Christophe Rinero. L'Américain termine sur le podium et le Français -révélation du Tour de l'Avenir- juste derrière, avec en plus le maillot à pois sur les épaules. Sans oublier la 7e place de Roland Meier.

Avec ce trio de choc, on pensait Cofidis paré pour l'avenir. Que nenni. Julich ne fera plus jamais mieux que 17e du Tour. Rinero? 41e... en 2006, lors de sa deuxième carrière. Meier? 15e en 1999, puis plus rien... L'arnaque est évidemment énorme, mais elle mettra du temps à être dévoilée. C'est Philippe Gaumont, attrapé au vol, qui s'y colle 2004. Oui, Cofidis avait été "préparée" par le docteur Vezzani pour tout exploser en 1998. Une bien belle idée, hélas sans lendemain...

A sa décharge, Cofidis avait reniflé le coup parfait en recrutant Lance Armstrong en 1996... Malheureusement juste avant que son fameux cancer des testicules ne se déclare. Comme quoi, entrer dans la légende du Tour, ça ne tient à rien. Rien qu'à imaginer Moncoutié et Millar jouer les porteurs d'eau pour Supermenteur du temps de sa splendeur, ZM a des frissons tout partout!

Kelme, les bons produits de la montagne

La fabrique à grimpeurs hispanophones. Le plus emblématique restera Fernando Escartin. Avec un style aussi moche qu'efficace en montagne, l'Espagnol était un incontournable de la dernière brochette de leaders qui se disputaient les victoires prestigieuses. Coriace, il en accrochera une à Piau-Engaly en 1999, année de sa meilleure perf sur le Tour (3e). Derrière lui, c'est l'embellie au début des années 2000. Le plus gonflé de tous: Roberto Heras. Vainqueur du Tour d'Espagne en 2000 sous la bannière verte et blanche, il file ensuite aux Etats-Unis pour intégrer la bande d'Armstrong. Non content d'aider son boss à vampiriser le Tour, il se spécialise dans la Vuelta à ses heures perdues. Il l'emporte en 2003 et 2004. Il croit faire le triplé en 2005, sous les couleurs de la Liberty Seguros (ex-Once, future Astana...), mais il est contrôlé positif à l'EPO lors de la 20e étape. Déchu de son titre, il signe ce jour-là son arrêt de mort sportive.

Juste pour le plaisir, on citera également Santiago Botero et Oscar Sevilla. Le premier, alors qu'il débarque de nulle part en 2000 à l'âge avancé de 28 ans, ramène le maillot à pois à Paris. Pas mal pour un mec qui s'illustrera ensuite plus en contre-la-montre (deux fois champion du monde) qu'en montagne. Contrôlé positif à deux reprises, dont la dernière en 2002, il a -étrangement- cessé de remporter des courses qui comptent après cette date. Quant au second, il a traversé le peloton à la vitesse de la lumière. Maillot blanc pour son premier Tour en 2001, 2e de la Vuelta dans la foulée, il ne fera ensuite plus parler de lui qu'à la rubrique faits divers. Passé par la Phonak et T-Mobile, il est emporté par l'affaire Puerto en 2006. Un beau gâchis... ou pas.

Phonak, l'US Postal du pauvre

L'équipe suisse, née dans un relatif anonymat en 2000, tente de frapper fort en embauchant des spécialistes confirmés de la piquouze en fin de carrière (Zülle, Camenzind, Sevilla). Mais il lui faudra attendre 2006 pour connaître son heure de gloire sur la Grande Boucle. Armstrong vient de prendre sa retraite, laissant le Tour orphelin de son dictateur préféré. Pas grave. Hamilton et Landis, ses deux fidèles lieutenants de l'US Postal, avec qui Lance est toujours copain comme cochon -on déconne- prennent la relève. Tyler, la première lame, tombe malencontreusement pour une broutille (premier coureur de l'histoire à tomber pour une transfusion sanguine en 2004).

Ce qui n'est rien à côté du show de Landis deux ans plus tard. Phonak, qui a fermé les yeux sur le petit écart d'Hamilton, croit farouchement en son poulain venu de Pennsylvanie. Profitant du creux générationnel de l'après Armstrong -comment expliquer la présence de Dessel dans le top 10, sinon hein?- il prend tranquillou les commandes avant de connaître une défaillance hallucinante dans la montée vers la Toussuire, (neuf minutes dans la vue et une onzième place au général). Le Tour est perdu? Bah bah bah bande de naïfs. Le lendemain, requinqué par une bonne nuit de sommeil et un jus d'orange frais juste comme il faut, il s'échappe dans le col des Saisies (le premier d'une série de 5), se tape 150 bornes seul en tête, et conserve jusqu'à Morzine ses 6 minutes d'avance au pied du terrible col de Joux-Planes. Et hop, voilà Floyd de retour sur le podium du général, avant de reprendre la tête sur le dernier contre-la-montre. Hip hip hip... Non rien.

Le 27 juillet, les masques tombent. Au soir de cette fabuleuse échappée, Landis est contrôlé positif à la testostérone. Un taux 11 fois supérieur à la normale. "Une soirée trop arrosée la veille", se défendra le bougre. "Mon œil", répondra l'UCI. Quinze jours après, rideau. Le deuxième sponsor de l'équipe (Ishares) se retire et Phonak met la clé sous la porte. Encore une belle histoire qui s'est terminée trop vite.

A lire demain: La saga des équipes italiennes

Julien Laloye et Nicolas Camus

12:32 Publié dans cyclisme | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : cyclisme, dopage, epo, tour de france Partager cet article avec:

Partager cet article sur Facebook  Ajouter dans Technorati  Ajouter dans Delicious  Partagez sur MySpace  Voter pour cet article dans Wikio  Partager sur StumbleUpon  Partager avec Digg  Partager sur Fuzz   partager sur Diigo    Partager via Tiny URL

A la une:

 //Pourquoi on préférait Trezeguet   //L'année 2014 de la lose en sept défaites magnifiques   //Quiz vidéo: Connaissez-vous votre Ronaldinho sur le bout des doigts?   //Quiz: Ibrahimovic, Eto'o ou un dictateur?   //Lettres de supporters de L1 à Carlos Slim   //Lucas, Pauleta, Ronaldinho... Elisez le plus beau presque-but du foot français   //Ballon d’Or 2013: Le jour où le ciel tomba sur Franck Ribéry   //L'année de la lose en sept défaites   //Aidons Jean-Michel Aulas à faire craquer Bafé Gomis   //Petit manuel de #reconversionvraie à l'intention de David Beckham 

Commentaires

C'est nul de faire ça ;)

Écrit par : simon7-6 | 01/07/2011

encore !!!!!

apres, bas les masques sur l'atle, le foot, l'altero, la natation ......

ce sont devenu de vrais pantins au sevice du profit et du reality show, pigennant le credule spectateur ....

certains appelle encore ca des sportifs !!!

Écrit par : fred | 01/07/2011

D'autres comètes comme Bruno Thibout, Pascal Lino...

b

Écrit par : Papy Brossard | 01/07/2011

Ah ah !
Supers petits articles je trouve, j'ai aimé le premier chapitre, adoré celui-ci, vivement le troisième.
Un bon humour, et une justesse qui permettent de prendre du recul par rapport à ces années
"folles" du vélo, tout en souriant !

Écrit par : Burger | 01/07/2011

Il ne faudra pas oublier Rasmussen! C'était terrible aussi!
Jamais vu des commentateurs sportif aussi dégoûtés.
En tout cas, bons articles. Dommage qu'ils se terminent au bout de trois épi(o)sodes.

Écrit par : Grigouse | 01/07/2011

Bruno Thibout.....celui-ci la rédac de Zone Mixte ne l'avait pas Papy Brossard mais bel athlète en effet :)
Quant à Rasmussen, il mériterait un papier à lui tout seul, on y pense !
Merci en tout cas pour les compliments, vous l'aurez bien compris, il s'agit pas de s'acharner sur un sport qui fait globalement bien plus que les autres contre le dopage, juste rigoler un bon coup autour de souvenirs communs peu crédibles après coup !

Bonne lecture, et a demain on l'espère pour le dernier volet

Zone mixte

Écrit par : Zonemixte | 01/07/2011

et les autres sports; bande de nazes...

Écrit par : nicolas | 02/07/2011

article nul, et les autres sports ? aucun courage...

Écrit par : nicolas | 02/07/2011

Eh mec ! On est là pour se marrer, décoince toi un peu ;)

En tout cas bravo les gars, c'est du drôle et bon boulot, continuez !

Écrit par : P-A | 02/07/2011

Il y en a plein d'autres des comètes rigolotes: Raimondas Rumsas et sa femme qui transporte les produits, Zenon Jaskula 3e du TdF 1993, Armand de la Cuevas 2e derrière Indurain lors d'un CLM où ts les autres favoris sont loin derrière...

Écrit par : Joe | 05/07/2011

Bravo pour cet article très drôle, tout comme le premier d'ailleurs... Le passage sur la Gewiss Ballan est énorme !!! Et c'est vrai qu'il y a des faits et des images qui ne sautaient pas aux yeux quand, un peu comme les rédacteurs de Zone mixte j'ai l'impression, je regardais le tour en tant que gamin dans les 90's et maintenant c'en est risible tellement c'était gros...

Écrit par : simax | 10/07/2011

très drôle je trouve jolie le maillot pas cher de la 2eme vidéo a 1min30seconde.

Écrit par : maillot de foot | 04/10/2011

ia pa ullrich? c nul

Écrit par : ullrich75 | 26/08/2012

Contenu du budget miserable du psg,vous vous attendiez a quoi?On a beau dire ceci,cela mais avec tout les petro dollars que dispose le desormais le psg,on a prouvé qu'il était encore possible de faire un recrutement ridicule,parce que je préfère avoir bourillon,que Lugano dans ma defense.Au moins on aurais un titre.

Écrit par : idrpoker.com agen texas poker online indonesia terpercaya | 11/03/2014

ce sont devenu de vrais pantins au sevice du profit et du reality show, pigennant le credule spectateur ....

certains appelle encore ca des sportifs !!!

Écrit par : cara belajar bahasa inggris dengan cepat | 25/04/2014

Contenu du budget miserable du psg,vous vous attendiez a quoi?On a beau dire ceci,cela mais avec tout les petro dollars que dispose le desormais le psg,on a prouvé qu'il était encore possible de faire un recrutement ridicule,parce que je préfère avoir bourillon,que Lugano dans ma defense.Au moins on aurais un titre.

Écrit par : bahasa inggris dengan cepat | 25/04/2014

rès drôle je trouve jolie le maillot pas cher de la 2eme vidéo a 1min30seconde. pengen cepat hamil

Écrit par : pengen cepat hamil | 25/04/2014

Il ne faudra pas oublier Rasmussen! C'était terrible aussi!
Jamais vu des commentateurs sportif aussi dégoûtés.
En tout cas, bons articles. Dommage qu'ils se terminent au bout de trois épi(o)sodes.

Écrit par : Cipto Junaedy | 14/06/2014

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu