Avertir le modérateur

« "Nouveaux Zidane" et vieilles rengaines | Page d'accueil | La grande EPO-pée du cyclisme (2/3): Les plus belles comètes »

29/06/2011

La grande EPO-pée du cyclisme (1/3): Le top du top, de Banesto à l'US Postal

4335794790_e2ff60d2fe_z.jpg

"A un moment donné, il faut dire aux gens que le Père Noël n'existe pas (…) Oui, j'ai vu Lance Armstrong se doper."

(Floyd Landis, en 2010)

L'approche du Tour de France a émoustillé la rédaction de Zone mixte, qui a décidé de laisser parler ses sentiments. Le duel à venir entre Contador et Schleck, c'est bien beau, mais les envolées de Virenque, les démarrages de Pantani, la puissance éléphantesque d'Ullrich et toutes ces perf' inhumaines des années 90, c'était quand même vachement plus sympa.

On peut dire ce qu'on veut, difficile de ne pas être nostalgique de cette époque dorée de l'EPO pris sans scrupules, qui nous a procuré nos premières émotions d'amateurs de cyclime pré-pubères. Cela avait commencé bien sûr avec la Banesto, équipe phare au moment de l'entrée du peloton dans l'ère industrielle de la consommation d'érythropoïétine. L'équipe espagnole, composée de valeureux soldats pour qui la dévotion a un sens (ahhhh, Gérard Rué!), emmène le Roi Miguel vers un fabuleux quintuplé. Un Miguel qui réussit à résister jusqu'en 95. Un putain d'exploit, parce qu'avec Gewiss (Ugrumov, Berzin), Carrera (Chiappucci, Pantani), Once (Zülle, Jalabert) ou Festina (Virenque, Leblanc) dans les parages, l'adversité a peu à peu atteint un niveau inégalé.

ZM a sélectionné pour vous la crème de la crème de la décennie EPO, le tout en trois actes. Avant d'évoquer les comètes restées dans les mémoires (vendredi) puis la grande histoire des cyclistes italiens (samedi), voici la première partie de notre EPO-pée du cyclisme moderne consacrée aux équipes hors-normes.


Festina, les rois du grand n'importe quoi

Comment ne pas entamer cette revue d'effectif par la bande à Richard, qui a fait rêver toute la France avant d'exploser en plein vol, un soir de juillet 1998? Les prémices de la vaste blague remontent à 1994. Le jeune Virenque, 24 ans, fait découvrir son déhanché de grimpeur fou à la France. Vainqueur d'étape à Luz Ardiden, il sera dans le top 5 du général sur les Champs. Luc Leblanc et Pascal Hervé sont là, rejoints l'année suivante par les deux Laurent, Dufaux et Brochard. L'armada se met en place. Car bientôt, le maillot à pois ne suffit plus à "Richard cœur de Lion", il faut viser plus haut. Les Festina atteindront le sommet de leur art en 1997. Dans une 14e étape restée dans les mémoires, les hommes de Bruno Roussel font du peloton de la charpie. Alors que traditionnellement, le premier col d'une grande étape de montagne, surtout s'il est placé dès les premiers kilomètres, sert d'échauffement, là il marque le début de la boucherie. Toute l'équipe se met à rouler d'entrée, une échappée de 5 coureurs -dont 4 Festina- se détache. Parti seul, Virenque est rejoint au pied de la montée vers Courchevel et un quatuor d'esthètes en la matière se forme alors avec Riis, Ullrich et Escartin. Richard l'emporte tout de même au sommet, et pas à l'insu de son plein gré. Une belle récompense pour la team Roussel, qui peut aussi s'enorgueillir d'avoir mis 66 coureurs hors délais...

A l'été 98, cette fois, c'est écrit: Richard offrira à la France son premier Tour depuis Hinault en 85. Alex Zülle débarque même de la Once avec sa trousse à pharmacie. Mais tout part rapidement en vrille. Le soigneur Willy Voet est arrêté par les douanes juste avant le départ. Dans sa voiture, de quoi faire grimper l'Himalaya à un troupeau d'éléphants: hormones de croissance, 235 ampoules d'érythropoïétine (EPO), 120 capsules d'amphétamines, 60 flacons de testostérone... N'en jetez plus. Face à la pression, Jean-Marie Leblanc, le directeur de la course, met fin à la mascarade le 18 juillet. Les coureurs organisent une conférence de presse improvisée dans un hôtel miteux de Brive, où Richard Virenque, en pleurs, «donne rendez-vous à l'année prochaine» à ses fans, dont ont bien sûr fait partie les futurs rédacteurs de Zone Mixte. Raté, Richard. Ce dernier reviendra sous le maillot de la Polti, mais la magie s'est envolée.

Deutsche-Telekom, le vélo en mode char d'assaut

Du gros, du lourd, du bien organisé. La Deutsche-Telekom, c'est une certaine idée du cyclisme. La finesse, l'esthétisme, connaît pas. Walter Godefroot, sorcier belge directeur sportif de 1991 à 2005, préfère l'armée de blindés. Question d'efficacité. Avec Riis et Ullrich en leader, Zabel en finisseur et des coureurs comme Bölts ou Aldag en lieutenants (capables quand même de faire un top 10 sur le Tour, on a la classe ou on l'a pas), la DT écrase tout sur son passage. En 1996, pendant qu'Agrigel-La Creuse ou Auber 93 rame pour ramener ne serait-ce qu'un coureur à Paris, elle décide de passer en mode Blitzkrieg pour mettre fin au règne d'Indurain. Aidé par un jeune rouquin de 80kg inconnu au bataillon qui grimpe tous les cols assis sur sa selle, Bjarne Riis ne lésine pas sur les moyens. Affectueusement surnommé «Monsieur 60%» -comme son taux d'hématocrite-, le Danois ne cherche même pas à faire semblant, à l'image de sa montée victorieuse vers Hautacam, où après deux banderilles pour jauger ses adversaires, il porte une troisième attaque -décisive- déclenchée grand plateau en donnant l'impression de forcer autant que lors d'une balade avec mamie.

L'année d'après, c'est au tour d'Ullrich, pur produit de cette chère ex-RDA qui a quand même transformé des athlètes femmes en hommes à force de les gaver de stéroïdes, de s'imposer. «Je suis vexé que l'on me soupçonne car je n'ai qu'un secret: l'entraînement et un mode de vie sain», dira-t-il en 1999. Gonflé pour un mec dont le coach sportif doit être le même que celui de Ronaldo. Bien sûr, tout ce petit monde est passé aux aveux ces dernières années. Sauf Godefroot, qui «ignorait les pratiques dopantes de [ses] coureurs». Pas de pot, le Belge...

Après s'être ouverte à l'international dans les années 2000, où des mecs irréprochables de la trempe de Vinokourov, Botero ou Savoldelli sont venus, attirés par les ondes positives émanant d'Outre-Rhin, l'équipe n'a pas survécu longtemps. A la veille du départ du Tour 2006, Jan Ullrich et Oscar Sevilla, cités dans l'affaire Puerto, sont exclus. La fin de l'âge d'or allemand.

L'US Postal, le must de l'usine à gaz du cyclisme des années 2000

Avec le train bleu de Lance Armstrong, fini les attaques au panache vouées à l'échec, le joyeux foutoir pantaniesque ou les courses sans queue ni tête. Place à la winning-attitude américaine, au dopage presque bionique, capable de cloner à l'infini des potentiels vainqueurs du Tour sur le modèle -jamais égalé- de Lance Armstrong, l'ex-coureur de classique cancéreux converti en machine à grimper les cols (Leipheimer, Landis, Hamilton...). Une belle bande de joyeux drilles, qui ont le spectacle dans le sang, en plus du reste. En effet, comment ne pas se souvenir de ces scénarios vibrants, bien qu'un poil répétitifs, sur chaque dernier col des grosses étapes du Tour, avec Lance aux commandes?

Et que je mets l'équipe en file indienne en mode poursuite -ben quoi 9% de pourcentage, c'est pas pire que la partie haute d'un vélodrome si?- et que je te mange tout crus les échappés du jour, et que je t'essore le peloton, et que je file une petite tape discrète sur le dos de George Hincapie en mode -«Bon George ya plus que Roberto (Heras), le rouquin pachyderme (Ullrich) et le suceur de roue espingouin (Beloki) derrière nous. Oublie pas que t'es censé être un rouleur alors fais semblant d'être fatigué et laisse-toi décrocher un peu, les gens vont finir par se douter de quelque chose»- et que je plante un démarrage entre deux étirements histoire de faire un peu la diff' au général...

Le public s'emmerde et alors? Au moins il a temps de prendre un peu le soleil avant de rentrer mater l'arrivée. Et puis, il a beau avoir vu le film 100 fois, il continue à regarder dans l'espoir qu'un drame à la Tom Simpson -un Hincapie mourant dans sa bave quelques secondes après s'être écroulé sans explications de son vélo aurait plu à beaucoup, ne nous le cachons pas- révèle la supercherie. Las, la même parodie se répètera sept tours durant. Avec le sentiment que tout cela aurait encore pu durer deux/trois ans de plus si Sa Majesté Armstrong l'avait bien voulu. En trois mots: chapeau les gars.

Bonus track: La Once, losers devant l'éternel

Plus encore qu'un maillot rose dégueulasse, la Once, c'est d'abord l'équipe de Manolo Saiz, aka «le cancer du cyclisme». Où la gouaille d'un patron de bordel miteux à Gérone, le physique d'un garagiste andalou un peu trop porté sur la binouze et le regard lubrique d'un tripoteur de jeunes filles en fleur réunis en un seul homme. La classe incarnée. Manolo a trempé de près ou de loin dans tous les scandales qui ont touché le vélo depuis 20 ans. L'affaire Puerto? Le célébrissime Docteur Fuentes, tête pensante du réseau, était le médecin personnel de Mauri lors de sa victoire sur la Vuelta en 91 avec la Once. Michele Ferrari, alias Docteur Mabuse? «Nous sommes liés par une relation d'amitié que nous entretenons depuis plusieurs années. Nous parlons beaucoup, échangeons des idées, des projets, comparons nos résultats. Il m'a apporté de la même façon que j'ai pu lui apporter», répond Manolo en 1996. Un homme bien on vous dit. Avec lui, le cyclisme entre dans une autre dimension, celle des coureurs mutants. Remember Jalabert, meilleur sprinter (à la rigueur), meilleur grimpeur (si, si) et vainqueur du Tour d'Espagne 1995 après un Tour de France bouclé à la cinquième place... Mais chuuuut tout est dans les méthodes d'entraînement... Et qui ne se souvient pas de la mythique épidémie de gastro-entérite sur la Vuelta 1996, qui n'épargna qu'Alex Zülle... Ah bon, le Suisse était leader de la course?

Tout ça pour dire que la Once, une fondation caritative espagnole en faveur des aveugles, faut-il le rappeler, aurait dû avoir sa place au firmament des plus belles chaudières des années 2000. A égalité avec Banesto et Festina, si l'on osait. Sauf que voilà, tout Manolo qu'il est, Saiz n'a jamais dégoté le leader qui aurait pu donner un coup de seringue supplémentaire au pédalier. Alex Zülle? Il a passé son temps à lécher la roue d'Indurain jusqu'à plus soif. Jalabert? Soyons sérieux. Igor Gonzalez de Galdeano? Mouarf. Joseba Beloki? Belo qui? Heras époque Liberty Seguros? Chopé par la patrouille. Incontestablement, la Once méritait beaucoup mieux que ce bonus track. Mais Alberto Contador est né dix ans trop tard. Chienne de vie.

A lire demain: Les comètes

Julien Laloye et Nicolas Camus

23:37 Publié dans cyclisme | Lien permanent | Commentaires (26) | Tags : epo, virenque, pantani, armstrong, tour de france, cyclisme, montagne, alpe d'huez Partager cet article avec:

Partager cet article sur Facebook  Ajouter dans Technorati  Ajouter dans Delicious  Partagez sur MySpace  Voter pour cet article dans Wikio  Partager sur StumbleUpon  Partager avec Digg  Partager sur Fuzz   partager sur Diigo    Partager via Tiny URL

A la une:

 //Pourquoi on préférait Trezeguet   //L'année 2014 de la lose en sept défaites magnifiques   //Quiz vidéo: Connaissez-vous votre Ronaldinho sur le bout des doigts?   //Quiz: Ibrahimovic, Eto'o ou un dictateur?   //Lettres de supporters de L1 à Carlos Slim   //Lucas, Pauleta, Ronaldinho... Elisez le plus beau presque-but du foot français   //Ballon d’Or 2013: Le jour où le ciel tomba sur Franck Ribéry   //L'année de la lose en sept défaites   //Aidons Jean-Michel Aulas à faire craquer Bafé Gomis   //Petit manuel de #reconversionvraie à l'intention de David Beckham 

Commentaires

Vous n'avez que ça à faire de parler du dopage comme ça, alors que celui-ci est justement en baisse ?

Sachant qu'une grande partie de vos lecteurs ne connaissent rien au cyclisme, et regardent juste le TdF car c'est l'un des plus gros événement sportif, il n'y a rien de mieux pour dégouter les gens de ce sport ;)

Écrit par : simon7-6 | 30/06/2011

Simon, cet article s'adresse à ceux qui ont connu tous ces tours de France.
Et franchement, en relisant tout ça, j'ai le sourire aux lèvres tellement c'est visé juste.
Riis, Armstrong..... Quand on revoit ça et qu'on y repense, on se dit que vraiment, c'était même plus du dopage mais de la robotisation biologique.

Écrit par : Grigouse | 30/06/2011

En baisse ou en avance sur la détection?
Il faut être réaliste le cyclisme a été et sera certainement encore une vaste usine d'expérimentation du dopage, ce serait trop facile de passer d'un coup l'éponge sur tous les abus qui ont été commis.

Quant à la forme employée pour en parler le sarcasme et l'ironie employés dans cet article sont plutôt plaisants

Écrit par : pierre | 30/06/2011

J'adore le tours de france et ces histoire me font rire. Allez le Pistoleros et le saut de chaine, encore de beau moment et dedicasse à ricco et Saunier Duval aussi...

Écrit par : Rémy la boos | 30/06/2011

il faut faire le même article sur les autres sports maintenant, car quel parti pris ! Quelle naïveté de croire qu'il n'y a du dopage que dans le vélo... !

Écrit par : nicolas | 30/06/2011

Comme toujours on se focalise sur le cyclisme, seul sport ou presque à vraiment lutter contre le dopage : je trouve cela vraiment dommage.

Quasiment aucun cas de dopage dans le foot pro ces 20 dernière années alors que ce sont les sportifs pro les plus nombreux dans chaque pays d'Europe. Ça ne choque personne ?

Quand on ne cherche pas à combattre le dopage, on évite les problèmes, et les articles dans ce genre; c'est exactement ce que fait le monde du football.

Écrit par : Seb | 30/06/2011

Excellent papier.
Bien écrit...et plein d'humour (noir)

Écrit par : Arnaud | 30/06/2011

Aucun courage pour dénoncer les autres sports, omerta à la française, les chouchous des médias peuvent dormir tranquille...
Pourquoi tant d'acharnement sur le tour de France et publier un tel article juste avant le départ ? C'est juste pour foutre la merde, espérant un scandale, faute d'actu ? D.S.K... ok, ça comblera la mi-juillet. En attendant encore un article à charge, prouvant la médiocrité du journalisme d'aujourd'hui...

Écrit par : eric | 30/06/2011

Bon, sympa avec les images d'archives.
ça fait donc voyons... 13 ans depuis 98 qu'on sait que ce sport est pourrit, blablabla, tous pourris blablabla.... Mohais, serait temps d'aller un peu + loin dans la reflexion non? Moi comme vous, si j'étais sportif de haut niveau bin soit je compterais sur le "pas vu pas pris" ou bien je ne le ferais pas non?
Le plus drole c'est qu'il y en a qui croient encore que le dopage recule, ralala... Excusez moi mais là ya un vrai papier à faire, autrement + interressant que les fausses courses de mobylettes (turbo).

Aller, circulez ya rien à voir.

PB

Écrit par : papy brossard | 30/06/2011

le pire dans tout ca, c'est que vous avez probablement raison ......

Écrit par : fred | 30/06/2011

Eh ! Papy Brossard : Que penses-tu de Ocaña du Stade montois ?

Écrit par : lafon-parel | 01/07/2011

Mais Ocana était comme les autres, rendez vous compte qu'en 1924 les frères pelissier qui marchaient à la "dynamite" en avait déjà ras la casquette du dopage (cocaïne déjà à l'époque):
"Vous n’avez pas idée de ce qu’est le Tour de France", explique Henri Pélissier. "C’est un calvaire. Et encore, le chemin de croix n’avait que quatorze stations tandis que le nôtre en compte quinze. Nous souffrons sur la route, mais voulez-vous savoir comment nous marchons? Tenez…" De son sac, il sort une fiole: "Ca, c’est de la cocaïne pour les yeux et ça, du chloroforme pour les gencives. Et des pilules, voulez-vous des pilules?" Les frères en sortent trois boîtes chacun. "Bref", dit Francis. "Nous marchons à la dynamite."

(http://www.dopage.be/actualites/siecle_cocaine/3/?PHPSESSID=994ff65a32dfee226a82514ad5f22a9b)

Bon Contador dopé, heureusement qu'il nous reste les Schleck et leur nouvel entraineur au dessus de tous soupçons, ouf!
http://www.cyclisme-dopage.com/portraits/andersen.htm

Mais on se marre sur ce blog dites moi?!!!!

b

Écrit par : Papy Brossard | 01/07/2011

Tu m'étonnes qu'on se marre Papy !

Merci pour ces ptites infos d'archive, je connaissais pas l'histoire des Pélissier, c'est savoureux

Et merci pour l'article, très bien écrit dis donc, je me dis d'ailleurs en revoyant les images de Bjarne Riis (que j'appelle Skeletor aussi) :
Mais bon Dieu, c'est pas possible qu'on ait pu croire à ça ! Quelle naïveté quand même, j'allais gentiment sur mes 16 ans, la fleur au coin des lèvres, la mèche volante et le verbe haut, pendant que Bjarne-la-vieille-carne nous faisait un quadruple démarrage, tranquille, et que je te remets un ptit coup de grand plateau, que je remet bien mon tricot pour la photo finish, et tiens je me fumerais bien une clope !

Magnifiques souvenirs. Remarquez qu'avec une équipe Pfizer ou Sanofi ou aurait même pu passer les 65km/h de moyenne sur une étape de montagne, comme quoi y a quand même de la pudeur dans le milieu

Bon pour accorder un peu de crédit aux quelques grincheux de commentateurs, j'avoue que le cyclisme prend un peu pour tout le monde... Le semi marathons courus par quelques footballers en un seul match me laissent aussi sur mon fondement

PAJ

Écrit par : PAJ | 01/07/2011

Il n'y a pas que sur ce blog qu'on se marre, j'ai trouvé mieux! Le Nouvel obs titre aujourd'hui "Tour de France: Andy Schleck compte sur le soutien du public", si! si! >> http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/sport/20110701.REU3534/tour-de-france-andy-schleck-compte-sur-le-soutien-du-public.html

Bah si les Schleck et le Nouvel Obs (et tant d'autres...) comptent sur le soutien du public pour mettre une dent de plus dans l'Alpe d'Huez (ARF, ONE SE MARRE NON?!!), quelque chose me dit que Le Nouvel obs (nouveau quoi?) doit bien compter sur sa crédulité pour un 0 supplémentaire au chiffre d'affaire.

Plus sérieusement, une seule question me taraude mes amis : le génie génétique pratiqué dans le milieu pourrait-il rajeunir les vieux os de Papy Brossard? C'est que des dents ça fait un bail que j'en ai plus pour monter l'Alpe d'Huez moi.

Papy

Écrit par : Papy Brossard | 01/07/2011

Je préfère regarder le tour de France en me disant que grand nombre des cyclistes se battent au mental pour arriver au meilleur de la course, et je dois l'avouer, le vainqueur pour moi n'a pas d'importance... car le vrai vainqueur c'est celui qui grimpe par la force de l'esprit :-)

Écrit par : Clubs de Sport Nantes | 08/07/2011

J'aime tous vos posté. Je vais continuer à visiter ce blog très souvent.

Écrit par : side effects of steroids | 12/09/2011

Il y avait un temps ou c'était un plaisir pour moi et mon mari de suivre le tour de France a la télé mais actuellement, je ne trouve plus ce gout. (peut être a cause des dopages).

Écrit par : christelle | 19/10/2011

Oh lala, c'est vraiment a mourir de rire cette article! Ils trouvent vraiment n'importe quoi pour nous faire rire de nos jours.

Écrit par : newport | 27/10/2011

Je suis très déçu de mon enfance quand j'ai appris que son grand-père et le gel n'existe pas, et je comprends que la même chose doit être dit à son fils dès

Écrit par : kamagra | 03/11/2011

mdr pa mal us postal moi jadore ullrich bien blinder

Écrit par : ullrich75 | 26/08/2012

festina il on fait rever plein de monde en france mais ct le meilleur au doping, la télékom ct la deutsche kalité avec ullrich(2eme 1er 2em 2eme 2eme 2eme 4eme 3eme) zabel(6fois maillot vert) riis(1 fois vainqueur en 96) us bpostal les dieux du cyclisme avec armastrong bien sur once beloki 3 sur le podium zulle incapable de gagner le tdf... ahhhhhhh qu'il est loin le temp ou ullrich armstrong beloki riis zulle pantani etc gagner avec l'aide de la médecine

Écrit par : ullrich75 | 26/08/2012

Contenu du budget miserable du psg,vous vous attendiez a quoi?On a beau dire ceci,cela mais avec tout les petro dollars que dispose le desormais le psg,on a prouvé qu'il était encore possible de faire un recrutement ridicule,parce que je préfère avoir bourillon,que Lugano dans ma defense.Au moins on aurais un titre.

Écrit par : idrpoker.com agen texas poker online indonesia terpercaya | 11/03/2014

Vous n'avez que ça à faire de parler du dopage comme ça, alors que celui-ci est justement en baisse ?

Sachant qu'une grande partie de vos lecteurs ne connaissent rien au cyclisme, et regardent juste le TdF car c'est l'un des plus gros événement sportif, il n'y a rien de mieux pour dégouter les gens de ce sport ;)

Écrit par : kata kata cinta dalam bahasa inggris | 26/04/2014

Simon, cet article s'adresse à ceux qui ont connu tous ces tours de France.
Et franchement, en relisant tout ça, j'ai le sourire aux lèvres tellement c'est visé juste.
Riis, Armstrong..... Quand on revoit ça et qu'on y repense, on se dit que vraiment, c'était même plus du dopage mais de la robotisation biologique. ">

Écrit par : cara mudah hamil | 26/04/2014

il faut faire le même article sur les autres sports maintenant, car quel parti pris ! Quelle naïveté de croire qu'il n'y a du dopage que dans le vélo... ! ">

Écrit par : belajar bahasa inggris dasar | 26/04/2014

Je suis très déçu de mon enfance quand j'ai appris que son grand-père et le gel n'existe pas, et je comprends que la même chose doit être dit à son fils dès

Écrit par : Cipto Junaedy | 14/06/2014

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu