Avertir le modérateur

« Quevilly: la recette des petits pour éliminer le PSG | Page d'accueil | Le bilan des Frenchies de NBA (1/2) »

17/04/2010

Le bilan des Frenchies de NBA (2/2)

joakim-noah-bulls1.jpg

Suite et fin de notre bilan de la saison des Français de NBA, avec Parker, Beaubois, Diaw, Batum, Noah au menu. Les tauliers sont là.undefined


5 - Tony Parker : 56 matchs, 30,9 min/m., 16 pts, 5,7 pd, 2,4 rbds

"Je me sens fatigué cette saison (...) J'ai mal partout et cela va être chaud de continuer sur les deux fronts, NBA et équipe de France"

Comment ça Tony Parker n'est plus le meilleur français évoluant en NBA ? Potentiellement si on vous rassure. Il n'empêche qu'à 27 ans, la carrière de T.P connaît un coup d'arrêt certain. Un style de jeu exigeant physiquement combiné à des été interminables à mener le jeu des Bleus ont fini par user Tony durablement. Le Français a manqué 26 matchs cette année en raison d'une accumulation de blessures et ses stats aussi ont piqué du nez.  Pour la première fois, T.P n'est peut-être plus considéré comme une pièce maîtresse par les Spurs à une année de la fin de son conetrat, et le s rumeurs d'un trade avec Chris Paul ont enflé en début d'année. Pour être honnête, pas sûr que les meilleures années de Parker soientt devant lui. Sa "faiblesse" pour l'équipe de France, son shoot longue distance définitivement hésitant (29% à 3pts), et le déclin inexorable de San Antonio constituent autant de signaux négatifs pour T.P, même si talent exceptionnel du joueur, triple champion NBA , trois fois All-Star et MVP des finales 2007, ne doit pas être remis en cause.

4 - Rodrigue Beaubois : 56 matchs, 12,5 min/m., 7,1 pts, 1,3 pd, 1,4 rbds

# "Il peut devenir une superstar. On l’a dit lors du camp d’entraînement : "The sky is the limit" pour ce gamin. Je ne savais même pas qui il était mais il m’a vraiment impressionné. Il est athlétique, il a de longs bras, c’est un super défenseur et il est explosif." (Dirk Nowitzki, coéquipier de Beaubois)

Pour sa première saison en NBA, Beaubois aura tout connu. D’abord, des débuts prometteurs en summer camps, puis une première partie de saison plutôt correcte, avant de goûter aux joies du DNP et du costard-cravate sur le banc... Jusque-là, rien que du classique pour un Français. La suite l’est moins. Début 2010, l’ancien Choletais a commencé à se faire une place dans la rotation des Mavs aux postes de 2e arrière et de meneur. En février, Rick Carlisle a même fini par le fixer à la mène, en tant que back-up attitré de Jason Kidd. Là, Beaubois a flambé. De records de points en records de points, il a fait une entrée fracassante au 2e rang des meilleurs marqueurs français en NBA - derrière Parker et devant… Abdul-Wahad ! – en inscrivant pas moins de 40 points (9/11 à 3 pts) contre les Warriors, le 27 mars. Seul bémol au tableau : Beaubois ne sait jamais à quoi s’attendre en entrant sur le parquet. Lors des cinq derniers matchs de saison régulière, Carlisle lui a donné successivement 7, 18, 3, 0 puis de nouveau 3 minutes de jeu. Frustrant. Heureusement, Senior Kidd est tout proche de passer la main.

3 - Boris Diaw : 82 matchs, 35,4 min/m., 11,3 pts, 4 pd, 5,2 rbds

# "Il n'y a pas beaucoup de 4 en NBA capable de remonter la balle, de shooter et de faire des passes comme lui. Je pense qu'il libère énormément d'espace pour Gerald et moi lorsqu'il a la balle en attaque." (Stephen Jackson, coéquipier de Diaw à Charlotte)

Nouvelle saison pépère pour le “Magic Johnson français” qui n’a toujours pas réalisé son premier triple double avec les Bobcats . Les aigris diront que Boris pourrait faire mieux vu son potentiel, mais les connaisseurs apprécieront le travail: taulier de Larry Brown, Boris a fait ce qu’il sait faire de mieux, rendre ses coéquipiers meilleurs. “Babac” touche le ballon à chaque offensive et se charge de servir dans de bonnes conditions Stephen Jackson et Gerald Wallace. Résultat, Charlotte est quasi imprenable à domicile et s’est qualifié sans frémir pour les playoffs grâce à une défense aux petits oignons. Orlando va devoir trimer pour sortir les Bobcats au premier tour. On miserait bien sur une série en sept matchs à Zone mixte.

2 - Nicolas Batum : 37 matchs, 24,8 min/m., 10,1 pts, 1,2 pd, 3,8 rbds

# "Tu n'es que la cinquième solution offensive du cinq de départ, n'oublie pas ça (...) Si tu défends, l'attaque viendra naturellement." (Monty Williams, assistant-coach de Portland)

Opéré de l’épaule en octobre, l’ancien Manceau n'a commencé sa saison que fin janvier. Mais en trois mois, Batum a fait plus que la moitié des Français engagés en NBA. A l’évidence, l’ailier a pris de la bouteille. Il s’est installé dans la rotation des Blazers, sait tout faire et surtout, il joue juste. Apprécié par les fans et les joueurs, il a amélioré ses stats de rookie, passant de 5 à 10 points par match en moyenne. Contre les Wolves, il a même connu une pointe à 31 points, 7 rebonds et 7 passes décisives en 29 minutes, battant à cette occasion ses trois records persos en la matière. Bref, ça plane pour Batum ! Il peut espérer faire carrière à Portland, comme Parker avant lui à San Antonio. A condition d'allier adresse offensive et implication défensive, comme le staff des Blazers le lui a fait remarquer.

1 - Joakim Noah : 64 matchs, 30,1 min/m., 10,7 pts, 11 rbds

# "Les Bulls pensaient qu'ils pouvaient avoir un All-Star dans leur effectif cette saison pour la première fois lors de cette décennie. Mais ils n'imaginaient pas que ce serait Joakim Noah (...) Aussi fou que ça puisse paraître, Noah est tranquillement devenu l'un des douze meilleurs pivots purs". (Sam Smith et John Jackson, chroniqueurs NBA)

A Chicago, la star s’appelle Derrick Rose. Mais le joueur majeur, c’est lui. En son absence (pour blessure) au mois de mars, les Bulls ont perdu dix matchs sur dix. Après son retour, ils en ont gagné dix sur quatorze. Sans Jooks (et la blessure du Raptor Chris Bosh), n’ayons pas peur des mots : les Bulls auraient regardé les play-offs devant leur télé. Le joueur préféré de Charles Barkley n’est pas seulement un formidable ramasseur de rebonds, il est aussi d’un enthousiasme communicatif qui transfigure Chicago. Cette saison, Noah a gagné le respect de la Ligue, comme en témoignent les déclarations récentes de LeBron James, que les Bulls affrontent au premier tour des play-offs. Il a certes manqué le All-Star Game, mais il postule au titre de MIP (Most Improved Player).

 

Nico Basilboli, Julien Laloye et Vincent Bissonnet

16:31 Publié dans basket ricain et autre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nba, français, batum, parker, ajinça, noah, beaubois, mahinmi, turiaf, petro, pietrus Partager cet article avec:

Partager cet article sur Facebook  Ajouter dans Technorati  Ajouter dans Delicious  Partagez sur MySpace  Voter pour cet article dans Wikio  Partager sur StumbleUpon  Partager avec Digg  Partager sur Fuzz   partager sur Diigo    Partager via Tiny URL

A la une:

 //Pourquoi on préférait Trezeguet   //L'année 2014 de la lose en sept défaites magnifiques   //Quiz vidéo: Connaissez-vous votre Ronaldinho sur le bout des doigts?   //Quiz: Ibrahimovic, Eto'o ou un dictateur?   //Lettres de supporters de L1 à Carlos Slim   //Lucas, Pauleta, Ronaldinho... Elisez le plus beau presque-but du foot français   //Ballon d’Or 2013: Le jour où le ciel tomba sur Franck Ribéry   //L'année de la lose en sept défaites   //Aidons Jean-Michel Aulas à faire craquer Bafé Gomis   //Petit manuel de #reconversionvraie à l'intention de David Beckham 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu