Avertir le modérateur

« Jose Maria Gutierrez, dernier des Galactiques | Page d'accueil | Tony Parker, vieux parmi les vieux »

11/02/2010

«Barça, Barça, Baaaaaaa…rçA!»

"I love this stadium i wish i can live in there."

(Paroles de supporter sur la page Facebook Camp Nou)

Même en vacances, Zone mixte ne chôme pas, et garde un demi-oeil ouvert. Profitant de quelques jours de farniente bien sentis sous le soleil barcelonais le week-end dernier, on a fait un stop à l'arrêt de métro Las Corts. Sur les coups de 19 heures, samedi. Pour ceux qui n'y sont jamais descendus, ça ne signifie assurément pas grand chose. Pour les autres qui connaissent, ils nous envient déjà. En sus, s'ils sont amoureux du fùtbol...


Sortis de terre, on voit la vie avec des lunettes en 3D : bleu et rouge. Blaugrana. A droite, à gauche, devant. En avant toute pour... le Camp Nou, temple du beau jeu où le nombre de touches de balle autorisées se compte sur le pouce. Le dépucelage peut commencer. Pour me rassurer de cette première fois, on m'a prévenu : au stade, on y va comme on va à l'opéra. Le baroque de la Castafiore en moins. Me voilà, rassuré, même excité. D'autant que ce soir, Getafe m'accompagne pour passer à la casserole. Début de la représentation : 20 heures. On est large.

En marchant en direction de la bête, on relève quelques incohérences. Du genre ? Ce supporter qui commande un kebab à moins de cent mètres du stade mal fagoté d'un maillot aux couleurs...du PSG, antidaté du début des années 90. Un chasuble pas même floqué du nom de l'artiste en majuscule et à la virgule ensorceleuse, Ronaldinho. A n'y rien comprendre. Bref, on a trouvé Charlie, compatriote charlot à coup sûr. Juste l'occasion pour nous d'un saut dans les nineties à l'évocation des patronymes en "O" et en "A" qui composaient alors l'escouade de la Capitale : Raï, Lama, Okocha, Valdo, Leonardo, Weah et consorts. N'en jetez plus, le Parc est plein. "Putain, y'avait du lourd quand même à Panam!". Tu l'as dit... Des joueurs de classe, hautement plus nobles que le verbe de nos réflexions. Une époque aujourd'hui révolue.

Un peu comme le ciment grisâtre et suranné qui compose les trois étages du théâtre barcelonais. On est loin des canons architecturaux de la Sagrada Familia de Gaudi ou du «suppositoire» géant, phallique et coloré de Jean Nouvel qui domine une partie de la capitale catalane. Arrivés au pied du mur, on lève la tête. Mal à la nuque oblige. Maousse."Pwoooo, on dirait un immeuble soviétique !". Toute droite, rectiligne, l'antre s'érecte. Pas magnifique, peu esthétique de l'extérieur. Mais on a déjà la tête qui tourne. On redescend nos orbites sur la terre ferme. Le temps d'être happés par un fanatique blaugrana, style prédicateur de l'Apocalypse à la soixantaine bien tapée, qui nous replonge dans une ambiance folklore. Son mégaphone bleu pétrole à touriste crache l'hymne du Barça à fond les ballons. Visiblement pas assez fort pour lui, le pauvre homme se colle la camelote à l'oreille. Autant sourdingue que barré. A croire que le jeu du Barça, aussi, rend sourd...

A noter qu'au Camp Nou, tu entres comme Don Quichotte dans un moulin de Cervantès. Certes, tu passes le code-barres du précieux sésame imprimé l'après-midi sur une vulgaire feuille A4 mais après c'est fiesta ! Pas de contrôle des sacs, nada. Limite, si les vigiles t'esquivent pas gentiment. Illustration de la rigueur somme toute espagnole. Comme au théâtre, on vous dit. "Ca va leur péter au nez un de ces quatre", prophétise mon pote. Ouai pas faux mais pas ce soir, s'il te plait.

Maintenant reste juste à grimper le dédale de marches qui mènent à l'une des 107 portes (on a presque compté) qui s'ouvrent sur les tribunes. Enfin nous y voilà, instants oniriques. Yeux fermés pour un soufflet aller-retour. Sur la joue droite, une première claque assénée par un violent coup de vent ("bha ouai, y'a pas de toit, je te raconte pas quand il pleut"). Sur la sœur jumelle, celle donnée par la découverte de l'intérieur de ce sanctuaire ovoïde dédié au Deus Footballus. Première vision : la scène est plus verte que verte. "T'as vu le temps qu'il fait aussi ?". Henri Normand, premier joueur français du Barça, n'a lui pas eu cette aubaine. C'était en 1908, quarante-neuf ans avant l'inauguration du Camp Nou. De là où il est, qu'il se rassure. D'autres depuis sont passés sans donner plus de taff aux jardiniers : Déhu, Dugarry, Dutruel, Christanval... Cherchez pas l'intrus, y'en a pas. Climat méditerranéen. En effet, à Sochaux la pelouse est paraît-il dégueulasse, les taupes y ont élu résidence... On se prend alors à rêver des acteurs prestigieux qui ont foulé l'arène. On ne reprendra pas par le menu leurs noms, la liste est longue.

Installés sur notre fauteuil de béton, on attend l'entrée en piste des acteurs. Les Barcelonais arrivent au petit trot, à peine vingt minutes avant le début de la représentation. Pas pressés. Le casting est impressionnant en ce samedi. Aucun second rôle. Peut-être simplement Maxwell, qui remplace au pied levé Dani Alves, pas remis. Et encore... 20 heures, le théâtre a fait le plein. Tout le monde se lève au son de l'hymne du club, composé par un certain Manuel Valls (rien à voir avec le maire d'Evry). Ca ne chante pas comme un soir de clasico, mais quand même, ça a du coffre.


Les relous avec leurs trompettes piquées aux supporters du Rubin Kazan ont du souffle. Les trois coups sont donnés. Vingt minutes de jeu plus tard, on se dit que les figurants de Getafe vont apprécier l'entracte. Côté Barcelone, chacun joue son rôle. Le collectif récite son football, se permet même d'improviser. 1-0, dix minutes de jeu, on se dit qu'on connaît la fin. Qu'on l'a déjà vu cette pièce. Ca déroule, sous l'œil de Pep, le metteur en scène. Parfait, pas un bégaiement. Un récital. Jusqu'à ce changement de décor avec l'entrée en scène de Piqué. Tacle digne du Tueur de Jonathan Kerr, carton rouge direct. Direction les coulisses.

L'assistance elle voit blanc, sort les mouchoirs devant la tragédie. Mon voisin hurle au siffleur en noir sa haine devant ce scénario incontrôlable : "Cabron", "fuera", "hijo de puta". Mais même avec un acteur en moins, Barcelone régale. Un fait particulièrement flamber les feux de la rampe : Iniestaaaaaa. Petit chaperon bleu et rouge au talent immense. Un one-man-show conjugué à un stand-up de Messi, et le duo tue tout suspense. Faudra juste une faute de frappe ou une erreur de marquage sur le script à la fin avec ce penalty et un nouveau carton rouge (Marquez) pour que le rideau se baisse sur une fin tragi-comique. 2-1. Clap de fin, rangez les trétaux. Payez les musiciens et pas de rappel.

Seul regret, en bon francès, on aura pas vu Titi Henry, avatar qui joue en permanence son propre rôle en se donnant lui-même la réplique. Mais tant pis. Pour une première fois, franchement c'était divinement bon. Est-ce que les partenaires ont apprécié? Oui. Le Camp Nou, un bon coup. Nous, on en redemande déjà.


Arnaud Bertrand

 

00:44 Publié dans Futibol | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : barelone, barça, camp nou Partager cet article avec:

Partager cet article sur Facebook  Ajouter dans Technorati  Ajouter dans Delicious  Partagez sur MySpace  Voter pour cet article dans Wikio  Partager sur StumbleUpon  Partager avec Digg  Partager sur Fuzz   partager sur Diigo    Partager via Tiny URL

A la une:

 //Pourquoi on préférait Trezeguet   //L'année 2014 de la lose en sept défaites magnifiques   //Quiz vidéo: Connaissez-vous votre Ronaldinho sur le bout des doigts?   //Quiz: Ibrahimovic, Eto'o ou un dictateur?   //Lettres de supporters de L1 à Carlos Slim   //Lucas, Pauleta, Ronaldinho... Elisez le plus beau presque-but du foot français   //Ballon d’Or 2013: Le jour où le ciel tomba sur Franck Ribéry   //L'année de la lose en sept défaites   //Aidons Jean-Michel Aulas à faire craquer Bafé Gomis   //Petit manuel de #reconversionvraie à l'intention de David Beckham 

Commentaires

Enorme match !

Écrit par : Betclic Poker | 14/06/2011

Superbe match je m'en souviens encore dommage que titi n'était pas la.

Écrit par : zeturf | 21/12/2011

C'est aussi avec ce genre de website que le net est une source d'information incontournable actuellement.

Écrit par : Pneux | 05/10/2012

Je vois ca comme un secours tellement je trouve cet actus exaltante

Écrit par : assurance vie | 20/09/2013

c'est franchement un blog somptueux. Ainsi j'envoie ce billet sur sur mon reseau social

Écrit par : assurance auto | 06/02/2014

r dépis.Bref ... Un stade nouveau (comme si l'ancien était maudit) ou on va aussi faire les courses, cela fait rire, le football n'est pas un champ de foire tout de même.Et puis pour eux,il n'y a que le resultat qui compte, leur jeu est mauvais dans leur état d'esprit,parlent mechement sur le

Écrit par : idrpoker.com agen texas poker online indonesia terpercaya | 11/03/2014

Superbe match je m'en souviens encore dommage que titi n'était pas la.

Écrit par : ingin hamil | 24/04/2014

r dépis.Bref ... Un stade nouveau (comme si l'ancien était maudit) ou on va aussi faire les courses, cela fait rire, le football n'est pas un champ de foire tout de même.Et puis pour eux,il n'y a que le resultat qui compte, leur jeu est mauvais dans leur état d'esprit,parlent mechement sur le

Écrit par : belajar grammar bahasa inggris | 24/04/2014

uperbe match je m'en souviens encore dommage que titi n'était pas la.

Écrit par : kata kata untuk ibu | 24/04/2014

C'est aussi avec ce genre de website que le net est une source d'information incontournable actuellement.

Écrit par : kata kata lucu | 05/05/2014

r dépis.Bref ... Un stade nouveau (comme si l'ancien était maudit) ou on va aussi faire les courses, cela fait rire, le football n'est pas un champ de foire tout de même.Et puis pour eux,il n'y a que le resultat qui compte, leur jeu est mauvais dans leur état d'esprit,parlent mechement sur le

Écrit par : Cipto Junaedy | 14/06/2014

r dépis.Bref ... Un stade nouveau (comme si l'ancien était maudit) ou on va aussi faire les courses, cela fait rire, le football n'est pas un champ de foire tout de même.Et puis pour eux,il n'y a que le resultat qui compte, leur jeu est mauvais dans leur état d'esprit,parlent mechement sur le

Écrit par : bundapoker.com agen texas poker dan domino online indonesia terpercaya | 19/08/2014

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu